En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR8197-NATBOI-030 - Ingénieur.e d'étude en techniques biologiques H/F IBENS Paris

Ingénieur.e d'étude en techniques biologiques H/F IBENS Paris


Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR8197-NATBOI-030
Lieu de travail : PARIS 05
Date de publication : mercredi 27 novembre 2019
Type de contrat : CDD Technique/Administratif
Durée du contrat : 12 mois
Date d'embauche prévue : 1 février 2020
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : Rémunération comprise entre 2140 et 2400 euros brut/mois selon expérience
Niveau d'études souhaité : Bac+5
Expérience souhaitée : 1 à 4 années

Missions

Les travaux réalisés s'effectueront dans le cadre d'un projet de recherche financé par l'ANR. L'objectif du projet est d'identifier de nouveaux transporteurs du GABA (acide gamma-aminobutyrique). Classiquement
les neurones GABAergiques sont définis par la présence de l'enzyme synthétisant du GABA (GAD), du transporteur vésiculaire (VGAT) et du transporteur membranaire (GAT) du GABA.
Chez le ver Caenorhabditis elegans, dont le système nerveux est plus simple et accessible que chez les vertébrés, de nouveaux neurones GABA-positifs non conformes à la définition classique des neurones GABA ont été identifiés. VGAT/GAT sont absents de certains de ces neurones suggérant fortement qu'il existe de nouveaux modes de transport du GABA. Par l'étude des familles de gènes apparentées à VGAT/GAT chez le ver, nous comptons identifier et caractériser de nouveaux transporteurs du GABA. La caractérisation des transporteurs se fera en partie par enregistrements de courants sur ovocytes de Xénope par voltage-clamp à deux électrodes ; l'étude commencera par VGAT. Ces résultats devraient étendre nos connaissances sur la transmission inhibitrice et à plus long terme permettre une validation directe sur le modèle murin.

Activités

Travailler sur l'ovocyte de Xénope: injection d'ovocyte, expression de protéines en système hétérologue, enregistrement et mesure de courants. 

Effectuer des travaux de biologie moléculaire: clonage, génotypage, ADN, séquençage 

Prise en charge d'une partie des commandes mais aussi gestion de la collection de plasmides.

Compétences

Très bonnes compétences en biologie moléculaire: la préparation d'ADN, ARN, PCR, clonage moléculaire.
Compétences en Immunohistochimie.
Une première expérience en génétique. 

Toute expérience préalable avec la manipulation du l'ovocyte de xénope est un plus mais n'est pas un pré-requis.
Connaître les outils de bureautique classiques (Word, Excel, PPT)
Qualités professionnelles : adaptation au poste de travail, esprit d'équipe et conscience professionnelle
Qualités personnelles : forte motivation, autonomie, dynamisme, capacité d'apprentissage et d'investissement.

Contexte de travail

Le/La candidat.e évoluera dans un environnement international dynamique et collaboratif. L'Institut de biologie de l'École normale supérieure (IBENS) est un centre de recherche pluridisciplinaire localisé dans le 5ème arrondissement de Paris. C'est une unité mixte CNRS/Inserm/ENS qui comprend 300 chercheurs, ingénieurs et techniciens, répartis en 29 équipes de recherche. L'équipe d'accueil (Transmission Inhibitrice), dirigée par Stéphane Dieudonné comprend 6 statutaires (dont 4 checheurs, 1 enseignant-chercheur et 1 assistante ingénieure), 1 post-doctorant, 4 étudiant.e.s en thèse, et 1 assistante ingénieure contractuelle. L'objectif de l'équipe est de comprendre comment des populations de neurones inhibiteurs numériquement minoritaires assurent la stabilité fonctionnelle des réseaux neuronaux. À cette fin, l'équipe développe une approche multi échelle allant de la dissection moléculaire du remplissage vésiculaire jusqu'à l'évaluation de l'effet comportemental induit par des stimulations optogénétiques in vivo. Le/la candidat.e travaillera en étroite collaboration avec Marie Gendrel, porteuse du projet ANR, mais aussi avec Stéphane Supplisson, directeur de recherche.

On en parle sur Twitter !