En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR7564-CHRMER-002 - Recherche Post-Doc H/F en microbiologie environnementale pour étudier l'efficacité d'installations de traitement d'eaux usées sur l'abattement virale et de l'antibiorésistance dans le contexte du « Water Reuse »

Recherche Post-Doc H/F en microbiologie environnementale pour étudier l'efficacité d'installations de traitement d'eaux usées sur l'abattement virale et de l'antibiorésistance dans le contexte du « Water Reuse »

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR7564-CHRMER-002
Lieu de travail : VANDOEUVRE LES NANCY
Date de publication : mercredi 24 juin 2020
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 18 mois
Date d'embauche prévue : 14 septembre 2020
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : salaire brute mensuel à partir de 2675 € selon expérience
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : Indifférent

Missions

Le travail proposé s'inscrit dans le projet européen DSWAP dont le but est d'élaborer un système de traitement d'eaux usées urbaines compatible avec une réutilisation agricole des effluents traités, tout en garantissant la santé publique, la santé environnementale, et la qualité du sol pour une agriculture durable. La personne recrutée rejoindra l'équipe de Microbiologie Environnementale du LCPME pour analyser (1) la persistance de pathogènes et indicateurs viraux à transmission fécale, (2) la persistance d'éléments génétiques mobiles vecteurs d'antibiorésistance dans des effluents et sols traités, et finalement (3) étudier la qualité des sols traités à l'aide de biosenseurs bactériens indicateurs de stress. Ce travail sera effectué en collaboration avec d'autres microbiologistes du consortium orientés sur la persistance de bactéries pathogènes et de gènes d'antibiorésistance, mais aussi avec des chimistes environnementaux (polluants émergents), des chercheurs en génie des procédés (procédés de traitements), et des agronomes (performance des traitements dans le contexte de la réutilisation de l'eau).

Activités

- Réception et traitement d'échantillons environnementaux (effluents, sols, plantes).
- Extraction d'ADN et d'ARN de communautés microbiennes environnementales (virales et bactériennes)
- Analyse qualitative et quantitative de polluants viraux d'origine fécale (RT-qPCR, culture)
- Evaluation de l'infectivité virale
- Analyse quantitative d'éléments génétiques mobiles vecteurs d'antibiorésistances (qPCR)
- Caractérisation de l'effet de procédés de traitement et de l'irrigation agricole sur la survie virale (persistance physique, infectiosité) et de la persistance d'éléments génétiques mobiles
- Elaboration/construction de biosenseurs bactériens du stress salin
- Utilisation d'un panel de biosenseurs bactériens rapportant différents stress (sels, stress de surface, stress génotoxiques, …) pour qualifier l'évolution physico-chimique d'un sol agricole irrigué avec des effluents.

Compétences

Microbiologiste de formation, le (la) candidat(e) devra présenter de solides compétences techniques et théoriques en microbiologie environnementale et en biologie moléculaire. Une bonne maitrise de la PCR quantitative est indispensable. S'agissant de la construction de biosenseur, un certain savoir-faire dans les techniques de clonage et en génétique bactérienne est attendu. Le (la) candidat(e) retenu(e) devra présenter une expérience doctorale en microbiologie environnementale ou en écologie, et devra pouvoir s'exprimer en français ou en anglais.

Contexte de travail

Le (la) lauréat(e) sera affecté(e) au LCPME (UMR 7564 UL-CNRS) qui regroupe 78 personnes distribuées dans trois équipes. Le (la) recruté(e) intègrera l'équipe de Microbiologie Environnementale sur sa thématique "dissémination de l'antibiorésistance dans l'environnement" sous la direction de Christophe Merlin et Xavier Bellanger. Le projet auquel le (la) recruté(e) sera affecté(e) se déroulera dans le contexte très particulier d'une collaboration internationale regroupant 10 partenaires et dont le but est d'apporter des solutions concrètes en termes de traitements avancés pour un réutilisation d'eaux usées à des fins agricoles.

Contraintes et risques

Pas de risque particulier pour la personne

On en parle sur Twitter !