En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR7515-JULBER-027 - H/F: Post-doctorat en procédé de mise en œuvre, physico-chimie et caractérisation des polymères

H/F: Post-doctorat en procédé de mise en œuvre, physico-chimie et caractérisation des polymères

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : vendredi 21 octobre 2022

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Informations générales

Référence : UMR7515-JULBER-027
Lieu de travail : STRASBOURG
Date de publication : vendredi 9 septembre 2022
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 18 mois
Date d'embauche prévue : 1 décembre 2022
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : à partir de 2 833,40€ bruts mensuels selon expérience
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : Indifférent

Missions

Il s'agira de mettre au point une stratégie basée sur le procédé d'electrospinning visant à élaborer un mat nanofibreux de quelques dizaines de µm d'épaisseur à porosité ouverte et présentant un gradient de taille de pores contrôlé pour des domaines d'applications liés à l'énergie. Par ailleurs, un procédé d'electrospinning à l'échelle pilote représentatif d'un système de production industrielle sera développé et étudié dans le cadre de ce projet.

Activités

- Elaborer des matériaux composites nanofibreux par la technique d'electrospinning.
- Etudier les paramètres de procédé et de formulation permettant de moduler la taille des pores des mats nanofibreux.
- Développer des stratégies de mise en œuvre par electrospinning multiples permettant d'élaborer des mats composites visant à obtenir un gradient de taille de pore des mats.
- Mettre en place des stratégies de post-traitement physiques permettant de réduire la taille des pores des mats.
- Modifier et optimiser un procédé d'electrospinning à l'échelle pilote représentatif d'un système de production industrielle.
- Caractériser la structure (MEB, TEM, TEM-3D) et les propriétés mécaniques des matériaux élaborés.
- Etudier et analyser les relations micro-nanostructures / propriétés.
- Rédiger des publications et brevets.
Les travaux se feront dans le cadre d'un projet avec la société MICHELIN dans lequel physico-chimistes, physiciens et spécialistes des procédés polymères travaillent en étroite collaboration. Le/la candidat(e) sera donc amené(e) à interagir avec les autres personnes impliquées dans le projet et en particulier un doctorant qui est aussi affecté au projet

Compétences

- Le/la candidat(e) devra avoir un doctorat dans le domaine des procédés de mise en œuvre, physico-chimie et/ou caractérisation des polymères.
- Anglais niveau C1 ou C2 selon le cadre européen commun de référence pour les langues (indiquer le niveau TOEIC ou équivalent).
- Très bon niveau de communication requis.

Contexte de travail

Les travaux seront réalisés à l'Institut de Chimie et Procédés pour l'Energie, l'Environnement et la Santé (ICPEES UMR7515) dans le cadre d'un projet collaboratif avec la société Michelin.
L'ICPEES est une unité mixte de recherche entre le CNRS et l'Université de Strasbourg composé de 150 personnes travaillant dans les domaines de la chimie, des matériaux et procédés pour des applications liées à l'énergie, l'environnement et la santé. L'équipe de recherche de l'ICPEES impliquée dans le projet développe depuis plus de 10 ans une expertise dans la synthèse et la caractérisation de matériaux nanofibreux via le procédé d'electrospinning. Les recherches visent à i) contrôler la structuration des membranes fibreuses, ii) développer des stratégies de mise en œuvre éco-efficiente n'utilisant que l'eau comme solvant et enfin iii) à fonctionnaliser les nanofibres pour diverses applications telles que le biomédical, la filtration ou encore l'énergie. L'équipe dispose de tous les moyens de l'ICPEES (MEB, XPS, rhéologie, essais mécaniques, caractérisations électriques, mesures des propriétés de surfaces, BET…) pour caractériser les matériaux élaborés.
Michelin place l'innovation au cœur de sa stratégie avec un budget R&D 2020 proche de 646 M€, 10700 brevets actifs, et 6000 personnes actives dans le domaine dont 3400 sur le site de Ladoux (France). Le Groupe Michelin vit une transformation majeure pour contribuer à l'innovation dans le domaine des matériaux à faible empreinte environnementale et les matériaux de haute technologie. Les objectifs sont de rendre les offres et la mobilité plus performantes et durables avec de nouvelles technologies, des matériaux biosourcés et recyclés, des solutions zéro émission ainsi que de prendre position sur de nouveaux marchés de croissance rentable à fort potentiel tels que les composites flexibles, les applications médicales, l'impression 3D métal, et la mobilité hydrogène.

On en parle sur Twitter !