En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR7328-GILTHE-001 - Chercheur en chronométrie de pulsars et détection d'ondes gravitationnelles au sein des consortia internationaux IPTA et MeerTime (H/F)

Chercheur en chronométrie de pulsars et détection d'ondes gravitationnelles au sein des consortia internationaux IPTA et MeerTime (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR7328-GILTHE-001
Lieu de travail : ORLEANS
Date de publication : mardi 4 septembre 2018
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 24 mois
Date d'embauche prévue : 1 janvier 2019
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : entre 2 530,09 € à 3 509,82 € bruts mensuels selon expérience
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : 1 à 4 années

Missions

Au CNRS, au laboratoire de Physique et Chimie de l'environnement et de l'espace (LPCEE) situé à ORLEANS, le chercheur contractuel aura pour mission de :
- Contribuer à la combinaison des données de chronométrie au sein du consortium IPTA (International Pulsar
Timing Array) et à leur analyse pour la recherche d'ondes gravitationnelles basses fréquences
- Exploiter du radiotélescope MeerKAT en Afrique du Sud, instrument précurseur de SKA, dans le cadre du consortium MeerTIME.

Activités

- préparer et conduire les observations de pulsars millisecondes avec le radiotélescope de Nançay (Cher, France) et le radiotélescope MeerKAT (désert de Karoo, Afrique du Sud)
- réduire et traiter les données pour en extraire des séries de temps d'arrivée de très haute précision
- combiner ces données avec celles d'autres radiotélescopes pour déterminer le modèle de chronométrie de chaque pulsar et caractériser les différentes sources de bruit
- participer activement aux groupes de travail "Timing" et "Analysis" de l'IPTA, notamment en se rendant aux ateliers scientifiques et en participant aux téléconférences
- contribuer à l'exploitation scientifique de MeerKAT, notamment en se rendant sur place à Cape Town, pour un
séjour long de 4 à 6 semaine par an

Compétences

- connaissances de base en instrumentation pour la radioastronomie
- expérience dans le traitement des données pulsars au moyen des logiciels PSRCHIVE, Tempo2 et ENTERPRISE
- maîtrise des langages de programmation C et/ou Python
- forte expérience en statistiques bayésiennes et méthodes Monte-Carlo
- très bonne maîtrise de l'anglais (C1 : lu, écrit, parlé)
- esprit d'équipe - savoir rendre compte

Contexte de travail

Le(la) chercheur(se) recruté(e) travaillera principalement à Orléans au LPC2E qui est un laboratoire spatial, dont la vocation première est l'étude de l'environnement de la Terre, des relations Soleil-Terre et plasmas spatiaux, par l'envoi de sondes spatiales ou de ballons stratosphériques. L'effectif du laboratoire est d'environ 80 agents, chercheurs, techniciens et ingénieurs.

Il (elle) sera placé(e) sous l'autorité hiérarchique du responsable de l'équipe astrophysique, composée de 4 chercheurs permanents et 3 thésards ou chercheurs. Cette équipe est spécialisée dans l'étude multi-messagers des objets compacts, en particulier des pulsars. Elle est associée de manière très étroite aux activités de la Station de Radioastronomie de Nançay, située à 70 km au sud d'Orléans.

Il (elle) exercera sa mission scientifique en interface avec l'équipe Pulsar Timing Array (PTA) française, composée de 5 chercheurs permanents, de 2 thésards et de 2 jeunes chercheurs. Elle se répartit sur deux sites, à Orléans au laboratoire LPCEE pour la partie observationnelle proche du traitement des données, et à Paris au Laboratoire Astroparticule et Cosmologie pour la partie analyse statistique et ondes gravitationnelles.

Des déplacements sont à prévoir sur l'ensemble du globe avec le consortium IPTA (International Pulsar Timing Array), à l'Université de Cape Town en Afrique du Sud quelques semaines par an avec le consortium MeerTIME et de façon régulière à Paris avec le laboratoire d'Astroparticule et Cosmologie.

On en parle sur Twitter !