En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR7327-MARPAI-004 - Ingénieur-e de recherche en environnements géo-naturels et anthropisés, H/F

Ingénieur-e de recherche en environnements géo-naturels et anthropisés, H/F


Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR7327-MARPAI-004
Lieu de travail : ORLEANS
Date de publication : vendredi 2 novembre 2018
Type de contrat : CDD Technique/Administratif
Durée du contrat : 6 mois
Date d'embauche prévue : 1 janvier 2019
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2399 à 2586 € bruts
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : Indifférent

Missions

Au CNRS, à l'Institut des Sciences de la Terre d'Orléans, l'ingénieur-e de recherche, intégrera la plateforme PESAt composée de chercheurs et d'ingénieurs de l'ISTO, prendra en charge la mise au point de la méthode de gradient de CO2 dans le sol : instrumentation de 2 profils de tourbe, tests des sondes et validation des mesures des concentrations de CO2 notamment dans les niveaux saturés en eau, recueil et traitement des données. Il/elle participera également aux mesures de flux de GES opérées dans le cadre d'une expérimentation en cours pour tester l'effet du changement global sur la dynamique du carbone dans les tourbières.

L'ingénieur de recherche sera intégré(e) conjointement dans le Groupe Projet « Biogéosystèmes continentaux » de l'ISTO (https://www.isto-orleans.fr/nos-axes-de-recherche/themes-de-recherche/biogeosystemes_continentaux/).

Activités

L'ingénieur-e de recherche, en coordination avec les responsables de la plateforme, aura pour activités de :
- mettre en place le dispositif de mesure du gradient de CO2 dans le sol :
+ branchement des sondes CO2 sur une station d'acquisition
+ branchement des capteurs pour les variables support sur une station d'acquisition
+ réalisation de tests et validation
+ récupération et traitement des données
+ participation à la valorisation des résultats par l'écriture d'un article ;

- participer à l'expérimentation « mésocosmes » en cours :
+ réalisation des mesures des flux de GES
+ participer à la maintenance de la station expérimentale
+ participer au traitement des données
+ participer à la préparation d'un manuscrit à partir des données.

Compétences

- Connaissances des techniques de mesure des flux de GES (technique des gradients de CO2 dans le sol)
- Connaissances des techniques de mesure des flux de GES par les chambres d'accumulation
- Compétences approfondies en traitement des données acquises par la méthode des gradients de CO2 et des chambres d'accumulation
- Goût pour le travail de terrain
- Connaissances dans l'utilisation de stations d'acquisition de données
- Langages de programmation (e.g. R) de stations d'acquisition
- Connaissances en biogéochimie et écologie végétale
- Connaissances en chimie/physique de l'atmosphère
- Rédaction de rapports et de documents techniques
- Langue anglaise : B1 à B2

Contexte de travail

L'agent sera placé sous la responsabilité hiérarchique du responsable de la plateforme PESAt.
Le laboratoire ISTO, dans le cadre de la plateforme PESAt1 du projet PIVOTS2, met en place un dispositif de mesure du gradient de concentrations en CO2 dans le sol. L'objectif est de mieux contraindre les respirations hétérotrophes du sol afin de comprendre le déterminisme microbien (production de CO2) des émissions de gaz à effet de serre (GES) par les sols (projet CAPRECO).

Plus spécifiquement, ce projet (CAPRECO) consiste à adapter des sondes infrarouge, fréquemment utilisées pour la mesure des émissions 'sol-atmosphère' de CO2, à la mesure des concentrations du CO2 respiré par le sol en les déployant à différentes profondeurs du sol dans des conditions redox contrastées. Les sondes sont couplées à un équipement complémentaire de mesure des propriétés physiques du sol (température, teneur en eau du sol, niveau d'eau dans le sol) ainsi qu'à des stations d'acquisition des données. Ce dispositif permettra ainsi d'estimer un flux de C vers l'atmosphère et un taux de production de CO2 à chacune des profondeurs critiques.

Informations complémentaires

Candidatures à soumettre avant le 23 novembre 2018.

On en parle sur Twitter !