En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR7159-JACBOU-001 - Post-doc H/F Télédétection de la salinité à la surface de la mer: que nous apprennent 10 ans de mesures satellitaires ?

Post-doc H/F Télédétection de la salinité à la surface de la mer: que nous apprennent 10 ans de mesures satellitaires ?

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR7159-JACBOU-001
Lieu de travail : PARIS 05
Date de publication : lundi 2 décembre 2019
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 12 mois
Date d'embauche prévue : 6 janvier 2020
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2695E bruts mensuels ou plus selon expérience
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : 1 à 4 années

Missions

-Faire progresser la compréhension des phénomènes influençant les mesures satellitaires radiométriques en bande L, en particulier la mesure interférométrique de la mission SMOS (Soil Moisture and Ocean Salinity) ; proposer des améliorations pour modéliser et inverser les mesures sur l'océan
-Collaborer avec les équipes impliquées dans la physique de la mesure radiométrique et les équipes de recherche utilisant les données afin d'acquérir une vision synthétique des atouts et incertitudes des salinités satellitaires acquises depuis 2010

Activités

Près de 10 ans de mesures satellitaires de salinité sont aujourd'hui disponibles grâce aux missions SMOS (2010-), SMAP(2015-) et Aquarius(2011-2015). En s'appuyant sur la variabilité spatio-temporelle des différences entre les salinités inversées d'après les mesures de chacune des trois missions et relativement aux mesures in situ, le candidat cherchera à identifier, en collaboration avec les autres membres de l'équipe, les causes potentielles des différences : variabilité naturelle de la salinité à des échelles non échantillonnées par les différents types de mesures, imprécision des mesures auxiliaires (e.g. température de surface, vitesse du vent), des modèles directs (e.g. modèle de rugosité de la surface de la mer), des procédures d'étalonnage. Il cherchera à expliquer et/ou corriger les principales différences identifiées à partir de considérations physiques. Par sa connaissance de la qualité des données, il contribuera à mettre en évidence l'apport de la série temporelle (2010-2019) pour détecter la variabilité à la surface de l'océan en lien avec la variabilité de la circulation océanique et les échanges air-mer. Il aidera à la coordination scientifique du projet CCI (Climate Change Initiative) Sea Surface Salinity.

Compétences

- Télédétection satellitaire
- Sciences de l'environnement
- Analyse de données et interprétation critique des résultats
- Bonne maitrise de l'anglais
- Autonomie et sens du travail en équipe
- Python / Matlab ; LINUX

Contexte de travail

Le Laboratoire d'Océanographie et du Climat - Expérimentation et Approches numériques (LOCEAN), rattaché à l'Institut Pierre Simon Laplace (IPSL), est une unité mixte de recherche CNRS, IRD, Sorbonne Université et Museum national d'histoire naturelle. Ses activités de recherche concernent l'océanographie physique et biogéochimique et l'étude du rôle de l'océan dans les variations climatiques. Ces études sont abordées à la fois par des moyens observationnels et expérimentaux (campagnes océanographiques, navires marchands, bouées, développement d'instruments, mesures par satellite) et par la modélisation, théorique et numérique (modèle tridimensionnel de circulation générale océanique). Il regroupe près de deux cents scientifiques, ingénieurs et techniciens, pour la plupart en région parisienne. Il mène des campagnes en mer à des fins de recherche scientifique ou de surveillance, et utilise différents systèmes d'observation de l'océan, en particulier les bouées dérivantes, qu'il a contribué à développer, ainsi que des planeurs et autres plateformes d'observation. LOCEAN participe activement à l'enseignement universitaire et à la supervision des doctorants. Le candidat rejoindra l'équipe PROTEO.
SMOS (Soil Moisture and Ocean Salinity) est la première mission satellitaire d'observation de la Terre portant un radiomètre interférométrique en bande L. Lancée fin 2009, elle a aujourd'hui acquis près de 10 ans de données, démontrant la faisabilité de la mesure de la salinité de surface par satellite et l'apport de la technique interférométrique. Des chercheurs du LOCEAN sont impliqués depuis 1999 sur l'optimisation de la mesure et utilisent les salinités satellitaires à des fins scientifiques. Ce nouveau type de mesure est apparu particulièrement innovant pour caractériser les ondes tropicales d'instabilité, les panaches de fleuve, les signatures de la pluie, les structures océaniques tropicales à méso-échelles, les signatures liées aux évènements de type El Niño. Ce post-doctorat s'inscrit dans les projets du CNES et de l'Agence Spatiale Européenne visant à consolider les mesures acquises et à les mettre en valeur. J. Boutin coordonne le projet SMOS-Ocean CNES/TOSCA et est Co-Lead scientifique du projet ESA CCI+Sea Surface Salinity.

Informations complémentaires

Ce postdoctorat, d'une durée initiale d'un an, pourra éventuellement être prolongé un ou deux ans.

On en parle sur Twitter !