En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR7063-MATSCH-001 - Chercheur CDD Simulation numérique hydrodynamique lacustre (H/F)

Chercheur CDD Simulation numérique hydrodynamique lacustre (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : mardi 7 décembre 2021

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR7063-MATSCH-001
Lieu de travail : STRASBOURG
Date de publication : mardi 16 novembre 2021
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 12 mois
Date d'embauche prévue : 3 janvier 2022
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2690€
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : 1 à 4 années

Missions

L'objectif de ce projet est de comprendre l'impact de l'hydrodynamique induite par le vent sur la distribution des sédiments clastiques dans les lacs. Ce projet explore le concept des “wind-driven waterbodies” tel que défini dans Nutz et al. (2018 ; https://doi.org/10.1007/s10933-016-9894-2).

Ce projet est basé sur l'utilisation du modèle numérique Delft3D pour simuler l'hydrodynamique due au vent et le transport/dépôt de sédiments dans les lacs.

Le/la post-doctorant.e examinera certains des grands lacs du monde et étudiera également l'impact des changements importants du niveau d'eau survenus dans le passé (par exemple, lors du Dernier Maximum Glaciaire, l'Holocène, les temps historiques, la période récente) sur la réorganisation de l'hydrodynamique et la distribution des sédiments, notamment en domaine lacustre côtier.

Activités

Le/la post-doctorant.e concevra et réalisera des simulations numériques avec Delft3D. Les études de cas seront sélectionnées après discussion avec le groupe de recherche mentionné ci-dessous, et les résultats seront également interprétés ensemble. La personne engagée dirigera la rédaction des articles scientifiques liés à ce projet.

Les principaux objectifs de ce projet sont les suivants :
- valider les limites des simulations avec Delft3D,
- la caractérisation de la réponse de la dynamique hydro-sédimentaire globale à une hausse/chute significative du niveau d'eau, avec un accent sur l'évolution du domaine côtier (arrière-plage, plage, avant-côte),
- identification des zones de source et de puits pour les sédiments, avec un accent particulier sur les contourites et les surfaces d'érosion,
- détermination de l'impact respectif du forçage par le vent, du changement du niveau d'eau, de l'apport en sédiments, de la formation saisonnière de glace, de la stratification de la colonne d'eau, ...

Compétences

Les candidat.e.s doivent être titulaires d'un doctorat en géosciences et avoir une expérience principale dans au moins un des domaines énumérés ci-dessous :
- processus littoraux, dépôts et/ou morphologies du domaine côtier,
- hydrodynamique lacustre ou marine,
- sédimentologie clastique dans les lacs,
- simulation numérique du transport sédimentaire et des processus de dépôt.

Une expérience avec des logiciels de simulation numérique tels que Delft3D est fortement recommandée ; une expérience avec les modules stratigraphiques et/ou l'hydrodynamique 3D sera un avantage.

Une expérience dans le traitement des données à l'aide de Matlab/Python/similaire est requise.

Une bonne aptitude à travailler en équipe et à diriger un projet.

Des connaissances de base en français seront utiles dans la vie de tous les jours.

Contexte de travail

Cette recherche sera menée à l'Institut Terre e Environnement de Strasbourg.
L'Institut Terre et Environnement de Strasbourg (ITES) (UMR7063) a démarré au 1er janvier 2021 sous les tutelles du CNRS, de l'Université de Strasbourg et de l'ENGEES. Cette nouvelle UMR s'appuie sur les 4 piliers disciplinaires d'étude de la Terre et de son environnement de surface : Hydrologie, Géochimie, Géologie et Géophysique.
La recherche sera conduite au sein de l'équipe de Géologie, dans le groupe d'étude des systèmes sédimentaires lacustres. Ce projet sera mené en partenariat avec une équipe internationale (TU Delft, Deltares, AMU, U-Melbourne, U-Cologne).

On en parle sur Twitter !