En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR6282-PIECAM-003 - Chercheur post-doctorant en analyse et modélisation du climat (H/F)

Chercheur post-doctorant en analyse et modélisation du climat (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : mardi 27 octobre 2020

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR6282-PIECAM-003
Lieu de travail : DIJON,DIJON
Date de publication : mardi 6 octobre 2020
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 15 mois
Date d'embauche prévue : 18 janvier 2021
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2,648 € par mois (salaire brut)
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : Indifférent

Missions

Simulation numérique à haute résolution du couvert nuageux de basse altitude et de sa dynamique en Afrique Équatoriale.

Nous recherchons un chercheur post-doctorant pour travailler sur le projet de recherche franco-allemand DYVALOCCA (https://dyvalocca.osug.fr/), financé par le DFG (Allemagne) et l'ANR (France), et dirigé par Nathalie Philippon (IGE, Grenoble) et Andreas Fink (KIT, Karlsruhe).

L'objectif principal du projet est de comprendre la dynamique et la variabilité spatio-temporelle de la couverture nuageuse basse (LCC, c'est-à-dire les nuages stratiformes non convectifs) au-dessus de l'Afrique centrale occidentale (ACO, c'est-à-dire principalement le Gabon, le Congo et le sud du Cameroun) et son impact sur la physiologie des forêts pendant l'hiver austral (mai-octobre). Ces conditions de saison sèche sont assez inhabituelles dans la zone tropicale. Le couvert nuageux stratiforme récurrent diminue la température diurne et réduit l'évapotranspiration. Par conséquent, cette zone abrite des forêts sempervirentes endémiques très riches malgré une quantité de précipitations annuelle assez faible par rapport à d'autres zones équatoriales telles que l'Amazonie.

Activités

Le post-doctorat relève du WorkPackage 3 «Processus de contrôle de la formation et de la dissipation du couvert nuageux de basse altitude» (responsables: AH Fink & P Knippertz, KIT Karlsruhe) au sein du projet DYVALOCCA.

Le rôle principal du post-doctorant sera de mettre en place et conduire des expériences de modélisation climatique à haute résolution sur l'ACO, en utilisant un modèle atmosphérique méso-échelle non hydrostatique (modèle de la communauté de recherche française MESO-NH [Lac et al. 2018] ou modèle WRF). Les résultats de la simulation (couverture nuageuse, dynamique atmosphérique) seront analysés et comparés aux données d'observation, y compris les observations faites par les partenaires allemands du projet lors d'une campagne de terrain prévue en juillet ou août 2021. Des diagnostics sur les mécanismes expliquant le développement et la dissipation des LCC seront dérivés des simulations. Des expériences de sensibilité pour tester le rôle des températures de surface de la mer dans l'océan Atlantique Sud seront également menées.

Compétences

Les candidats doivent être titulaires d'un doctorat ou d'un diplôme comparable en météorologie / sciences de l'atmosphère / dynamique du climat ou géographie physique (climatologie) ou dans un domaine connexe. Nous attendons des candidats un intérêt pour les domaines suivants:
- Sciences du climat: interaction océan-atmosphère sous les tropiques, variabilité climatique africaine
- Modélisation climatique à méso-échelle
- Analyse de données statistiques

Une expérience dans l'utilisation de modèles climatiques et de langages de programmation tels que Python et / ou Matlab et / ou R est hautement souhaitable.
Nous encourageons les candidatures de chercheurs ayant un haut degré de motivation et de créativité scientifique et qui aiment travailler en équipe. De bonnes compétences en communication orale et écrite en anglais sont attendues. La connaissance du français sera considérée comme un avantage.

Contexte de travail

L'unité de recherche BIOGEOSCIENCES est un groupe de recherche qui compte actuellement plus de 100 membres, dont des chercheurs du CNRS à plein temps, des professeurs et des maitres de conférences de l'Université de Bourgogne, d'AGROSUP-Dijon et de l'EPHE (École Pratique des Hautes-Etudes), des personnels techniques, des post-doctorants, des doctorants et des chercheurs invités.
BIOGEOSCIENCES (https://biogeosciences.u-bourgogne.fr/) s'articule autour de cinq équipes de recherche en interaction dont les activités scientifiques sont orientées vers la sédimentologie, les sciences de l'environnement, la climatologie, la paléontologie et l'écologie / la biologie évolutive. Ces équipes sont assistées de plusieurs services analytiques, administratifs et logistiques.

Le CRC (Centre de Recherches de Climatologie - http://climatologie.u-bourgogne.fr/) est l'une des 5 équipes de recherche de BIOGEOSCIENCES. Elle travaille sur la détection, l'attribution et la projection des signaux climatiques, ses causes et ses impacts dans le présent et le futur. Ses activités se concentrent sur la régionalisation des conditions climatiques observées et projetées, à l'aide de méthodes statistiques, d'analyses spatiales et de modèles climatiques régionaux.

La durée du post-doctorant est de 15 mois, de préférence à partir du 18 janvier 2011. Le poste est situé à Dijon, France, sur le campus de l'Université de Bourgogne. Des contacts seront nécessaires avec le KIT (Karlsruhe) où des expériences numériques distinctes seront menées.

Contraintes et risques

Néant

Informations complémentaires

La recherche se fera indifféremment en français ou en anglais, mais il serait souhaitable que les candidats non francophones s'efforcent d'acquérir des bases de français afin de faciliter la communication et leur intégration dans le laboratoire.

On en parle sur Twitter !