En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR6164-MAUETT-008 - CDD Ingénieur Antennes Satcom (H/F)

CDD Ingénieur Antennes Satcom (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : jeudi 29 juillet 2021

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR6164-MAUETT-008
Lieu de travail : RENNES
Date de publication : jeudi 8 juillet 2021
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 5 mois
Date d'embauche prévue : 2 août 2021
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : Brut max mensuelle 2 437,62 € €
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : 1 à 4 années

Missions

Les communications satellites embarquées SOTM (SATCOM-on-the-move) recouvrent à la fois des problématiques civiles (par exemple : accès internet à bord des trains et des avions) et militaires (par exemple : communication avec un drone de surveillance). Afin d'exploiter pleinement les capacités des liaisons offertes par la nouvelle génération de satellites, des nouveaux terminaux de communication satellite embarquée sur plateforme mobile sont en cours de développement par de nombreux acteurs en bande Ka pour permettre l'accessibilité au haut débit. Dans un contexte défense, l'accès à des débits importants permettra ainsi de transmettre des volumes importants de données (images et vidéos) adaptés aux enjeux des théâtres d'opération modernes. Outre la bande passante requise pour atteindre un haut débit, l'épaisseur de l'antenne est un paramètre critique majeur puisqu'elle conditionne sa capacité à être embarquée sur des plateformes mobiles, en garantissant une discrétion optimale et une trainée aérodynamique minimale, et ce sans dégrader le niveau élevé de performances requises. De plus, il convient de concilier simultanément une architecture planaire et une capacité à orienter, de manière dynamique et efficace, le faisceau d'antenne sur un très large secteur angulaire sur toute la bande de fréquence d'intérêt. Enfin, il est également essentiel de proposer des architectures antennaires conformables pour les intégrer au mieux sur un porteur lui aussi possiblement conforme.
Afin de surmonter ces obstacles, nous proposons ici une approche qui consiste à combiner (1) un formateur multi-faisceau quasi-optique pour le balayage azimutal avec (2) une ouverture rayonnante configurable pour le balayage en élévation. Les formateurs de faisceau quasi-optiques [1]-[2] sont des solutions planaires et compactes, qui ont été largement utilisés pour balayer le faisceau en azimut. Ces formateurs offrent un avantage majeur par rapport aux formateurs de faisceaux classiques : ils ne nécessitent pas déphaseurs pour dépointer le faisceau d'antenne, induisant ainsi une réduction importante du coût et de la consommation énergétique. Néanmoins, la plupart d'entre eux ne couvrent pas la plage angulaire entre 0° et 360°. Les lentilles de Luneburg constituent une alternative prometteuse, mais le faisceau collimaté généré par la source à 0° interfère avec celui généré par les sources placées entre 90° et 270°. En conclusion, il convient d'inventer de nouveaux formateurs de faisceaux quasi-optiques large bande aptes à couvrir la plage angulaire [0°-360°].

[1] M. Ettorre, R. Sauleau, and L. Le Coq, “Multi-beam multi-layer leakywave siw pillbox antenna for millimeter-wave applications,” IEEE Trans. Ant. Propag., vol. 59, no. 4, pp. 1093–1100, April 2011.
[2] F. Doucet et al., “Shaped continuous parallel plate delay lens with enhanced scanning performance,” IEEE Trans. Ant. Propag., vol. 67, no. 11, pp. 6695–6704, Nov 2019.

Activités

Ce projet a pour objectif de mettre au point une nouvelle architecture d'antenne ultra plate, en rupture avec les concepts existants. Cette antenne sera destinée aux terminaux de communication satellite embarquée sur plateformes mobiles (drones, véhicules terrestres, plateformes aéroportées) pour permettre l'accessibilité au haut débit. A cette fin, nous développerons un formateur de faisceau extrêmement compact basé sur une structure à 2 couches. Le formateur de faisceau sera placé sur la couche inférieure, tandis que la couche supérieure hébergera une ouverture à métasurface en charge du rayonnement. Le formateur de faisceau développé pourra faire varier en azimut la direction d'une onde lente avec un front d'onde plan dans la couche supérieure sur une plage angulaire de 0 à 360°. De cette façon, un balayage bidimensionnel sera obtenu. À cet égard, les antennes développées dans ce projet seront un atout pour l'industrie nationale et internationale.

Compétences

Formation: doctorat en sciences de l'ingénieur, spécialité électronique.
Langues: courant en anglais et en français.
Compétences du candidat: antennes à métasurface modulée, formateurs de faisceau quasi-optiques.

Contexte de travail

Le projet sera réalisé à Institut d'Electronique et des Technologies du numéRique (IETR), www.ietr.fr, à Rennes, France. L'IETR est une unité de recherche du CNRS (UMR CNRS 6164) spécialisé dans la conception d'antennes, les architectures et systèmes hyperfréquence et RF, les communications numériques, la télédétection et le traitement de l'image et du signal. L'IETR est organisé en 6 départements regroupant 12 équipes de recherche au total. Ce projet sera mené au sein du Département Antennes & Dispositifs Hyperfréquences (ADH) de l'IETR (qui est l'un des plus importants en Europe au niveau académique dans son domaine de recherche), et plus précisément dans l'équipe BEAMS (BEAMS : BEam Antennas up to Mm and Sub-mm waves). BEAMS a trois thèmes de recherche principaux : la modélisation et l'optimisation électromagnétiques, les réseaux d'antennes (réseaux réflecteurs, réseaux transmetteurs et réseaux phasés), et les antennes à ondes millimétriques et submillimétriques (lentilles, SIW, antennes actives, antennes intégrées).

Contraintes et risques

Rien à signaler

On en parle sur Twitter !