En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR5814-CLABOM-052 - Chercheur « Analyse des premières données du LST1 et étude des sources transitoires extragalactiques avec CTA » (H/F)

Chercheur « Analyse des premières données du LST1 et étude des sources transitoires extragalactiques avec CTA » (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : vendredi 21 mai 2021

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR5814-CLABOM-052
Lieu de travail : ANNECY LE VIEUX
Date de publication : vendredi 30 avril 2021
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 24 mois
Date d'embauche prévue : 1 septembre 2021
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : à partir de 2648 € bruts par mois, selon expérience
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : Indifférent

Missions

Ce projet se concentre sur l'étude des sources transitoires extra-galactiques avec CTA. Au-delà de leur intérêt en tant que sources astrophysiques, les noyaux de galaxie actifs ou les sursauts gamma sont des sondes très prometteuses pour la physique fondamentale (Lorentz Invariance Violation, lumière de fond extragalactique…). L'observation et l'étude des GRB revêtent désormais une importance primordiale dans le domaine. La détection récente de plusieurs GRB par H.E.S.S. et MAGIC a ouvert une nouvelle fenêtre dans l'astronomie des rayons gamma VHE. Il en va de même pour Virgo/LIGO dont les détecteurs envoient désormais des alertes régulières provenant de différents types de systèmes binaires.
Le premier grand télescope CTA est opérationnel depuis début 2020 et apportera des capacités de détection supplémentaires dans le domaine des rayons gamma de très haute énergie. Le projet consiste à participer à la mise en service, aux suivis des premières alertes transitoires, ainsi que l'analyse des données du premier LST.

Activités

1) Le premier LST prend régulièrement des données depuis 2020. Le candidat participera à la mise en service du télescope et assumera un rôle de premier plan dans l'analyse des premières données et les premiers suivis d'alertes.

2) Le groupe CTA au LAPP est très fortement impliqué dans le développement d'outils d'analyse des données. Le candidat pourra contribuer au développement et optimisation de ces outils.

3) CTA réagira aux alertes envoyées par différents instruments : télescopes à rayons X et gamma et aux alertes d'ondes gravitationnelles (GW) de Virgo/LIGO. En particulier, le candidat intègrera le groupe de travail commun CTA/Virgo au LAPP. Le candidat pourra prendre en charge la maintenance et l'évolution du système de gestion des alertes du LST1.

4) Le candidat s'assurera que ses travaux puissent s'intégrer au mieux dans le cadre de l'open science.

Compétences

Le (la) candidat(e) retenu(e) devra déjà compter sur une solide expérience en physique des astroparticules de haute énergie. Une expérience en analyse de données en astronomie gamma sera une plus. Une solide expérience dans l'opération de télescope Tcherenkov est attendue.

Rattachement : Groupe CTA
Expérience : Moins de 2 ans après la thèse

Les candidats doivent soumettre une lettre de motivation expliquant leur intérêt pour le poste et un curriculum vitae détaillé (contenant une description de leur expérience en recherche avec une liste de publications mettant en évidence leurs contributions personnelles).
Faire envoyer directement par des référents au moins 2 lettres de recommandation à lapp_administration_rh_secretariat@lapp.in2p3.fr

Contexte de travail

Créé en 1976, le LAPP est l'un des 19 laboratoires de l'Institut de Physique Nucléaire et de Physique des Particules (IN2P3). Il compte près de 140 chercheurs, enseignants-chercheurs, ingénieurs, techniciens, administratifs, étudiants et visiteurs étrangers. Les travaux menés au LAPP ont pour but l'étude de la physique des particules élémentaires et de leurs interactions fondamentales, ainsi que l'exploration des connexions entre l'infiniment petit et l'infiniment grand. Le LAPP est impliqué dans les expériences du LHC (ATLAS, LHCb), celles des neutrinos (SuperNémo, STEREO, LBNO, ...), d'astrophysique (HESS, CTA, LSST) ou des ondes gravitationnelles (Virgo). La localisation du laboratoire à 50 kms du CERN, et la présence d'un laboratoire de physique théorique dans les mêmes locaux, en font un laboratoire très attractif pour tous les scientifiques de ce domaine de recherche. Le LAPP héberge également un mésocentre de calcul et de stockage de taille intermédiaire mais qui contribue de manière significative aux traitements de données des grandes expériences de physique telles ATLAS, LHCb ou CTA.

Contraintes et risques

Des déplacements déplacements de courtes durées sont à prévoir en France et à l'étranger

On en parle sur Twitter !