En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR5801-ROGFIS-006 - H/F Etude du mécanisme de montée capillaire de l'alliage Si-B

H/F Etude du mécanisme de montée capillaire de l'alliage Si-B


Date Limite Candidature : vendredi 4 février 2022

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR5801-ROGFIS-006
Lieu de travail : PESSAC
Date de publication : vendredi 14 janvier 2022
Type de contrat : CDD Technique/Administratif
Durée du contrat : 12 mois
Date d'embauche prévue : 1 mars 2022
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : Entre 2109 et 2226 € brut mensuels selon expérience
Niveau d'études souhaité : Bac+5
Expérience souhaitée : 1 à 4 années

Missions

Etudier l'évolution du réseau poral du CMC à haute température et son impact sur les mécanismes de montée capillaire de l'alliage Si-B :
Le procédé de siliciuration (MI) vise à obtenir une densification totale de la matrice du CMC par l'imprégnation capillaire spontanée d'un alliage base silicium. En amont de l'imprégnation, un traitement thermique est réalisé dans le but de favoriser le mouillage de l'alliage avec les différents constituants du CMC (réduction de la couche d'oxyde non mouillante présente sur SiC). De précédentes études ont mis en évidence qu'un tel traitement conduisait également à un réarrangement de la porosité de la matrice granulaire par un mécanisme de pré-frittage entre grains de SiC désoxydés. Ces deux mécanismes (désoxydation et pré-frittage) influent à l'ordre 1 sur les phénomènes capillaires et, par conséquent, sur la qualité de remplissage du CMC obtenue à l'issue du procédé MI.
La mission du poste est de caractériser l'avancement de la désoxydation et du pré-frittage à haute température par l'étude de l'évolution du réseau poral du CMC. Etudier l'impact de l'évolution du réseau poral sur les mécanismes et cinétiques de montée capillaire de l'alliage Si-B lors de siliciuration.

Activités

• Rédiger le logigramme de travail et le plan d'essais permettant de répondre à la problématique
• Se former aux différents moyens et réaliser les essais déclinés dans le plan de travail.
• Définir et maîtriser l'enchainement des étapes de process
• Mettre aux points les procédures et les modes opératoires
• Effectuer la caractérisation des produits préparés
• Restituer les résultats sous forme de rapports techniques et présentations orales
• Assurer une veille scientifique et technologique
• Communiquer avec des experts de son domaine
• Se former et s'informer sur les risques liés aux techniques employées et aux produits développés

Compétences

Niveau : Master/Ingénieur en chimie des matériaux, de préférence céramique
Connaissances : Le/La candidat(e) doit posséder un goût pour le travail expérimental et de solides bases en Chimie et sciences physiques, en matériaux céramiques et composites, et une expérience en caractérisation des matériaux (MEB, Porosimétrie Hg, Pycnométrie à Helium, etc…).
Langue anglaise : niveau B1
Compétences opérationnelles : Définir des protocoles et les appliquer, Mettre en œuvre les techniques d'élaboration de matériaux céramiques ; Utiliser les différentes techniques de caractérisations de matériaux; Appliquer les règles d'hygiène et de sécurité ; Utiliser les outils informatiques nécessaires au pilotage des appareils et aux traitements des données.

Contexte de travail

Situé à Pessac (33), le laboratoire des composites thermostructuraux (LCTS) mène des recherches fondamentales et appliquées sur les composites à matrice céramique (CMC). Le LCTS est la plus ancienne unité mixte de recherche CNRS-Université avec un partenaire industriel : le groupe Safran. Le laboratoire est également associé au Commissariat à l'Energie Atomique (CEA). Les CMC sont développés pour des applications dans des environnements extrêmes tels que les applications aéronautiques, spatiales ou dans le domaine de l'énergie.

On en parle sur Twitter !