En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR5566-SYLBIA-001 - Ingénieur-e traitement du signal pour étude échantillonnage rivières tropicales par futures missions altimétrie satellitaire (H/F)

Ingénieur-e traitement du signal pour étude échantillonnage rivières tropicales par futures missions altimétrie satellitaire (H/F)


Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR5566-SYLBIA-001
Lieu de travail : TOULOUSE
Date de publication : jeudi 3 octobre 2019
Type de contrat : CDD Technique/Administratif
Durée du contrat : 6 mois
Date d'embauche prévue : 1 décembre 2019
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : entre 2399 et 2586 euros bruts mensuels selon expérience
Niveau d'études souhaité : Ingénieur
Expérience souhaitée : 1 à 4 années

Missions

Le poste sera basé au Laboratoire d'Etudes en Géophysique et Océanographie Spatiales (LEGOS), sous la supervision directe de Sylvain Biancamaria (LEGOS), Marielle Gosset (Geosciences Environnement Toulouse, basé sur le même campus que le LEGOS) et Denis Blumstein (LEGOS). Son objectif est d'étudier l'impact de l'échantillonnage spatio-temporel de différents concepts de futures missions d'altimétrie satellitaire sur l'observabilité de bassins versants tropicaux (Amazone, Niger, Congo, …), en lien avec des équipes projet basées au Centre Spatial de Toulouse (CST) du Centre National d'Etudes Spatiales (CNES). Ce travail se fera via le développement d'outils pour l'analyse statistique de sorties d'un modèle hydrologique (ces sorties sont déjà disponibles et il ne sera pas nécessaire de le faire tourner) et mesures in situ de cotes d'eau et de débit.

Activités

Cette étude analysera l'impact de différents choix d'orbites pressentis pour différents concepts de futures missions altimétriques sur l'échantillonnage spatio-temporel des rivières tropicales, en se basant sur des simulations numériques. Ces simulations numériques réalistes du débit pour plusieurs bassins et sous-bassins tropicaux (Amazone ; Congo ; Niger ; etc.) proviendront du modèle hydrologique MGB (Modelo de Grandes Bacias), forcé par un produit pluviométrique global sur une période de 10 ans, afin d'obtenir une série longue de rivières 'synthétiques'. Ces séries seront ensuite échantillonnées par les pseudo-observations des missions satellites envisagées, avec différentes hypothèses d'orbites.
L'objectif est d'analyser la capacité des missions à fournir une information pertinente sur la variabilité spatio-temporelle du débit (voire des cotes d'eau estimées par le modèle) en différents points des bassins (tête de bassin ; bief plus ou moins réguliers ; confluences ; etc…).
Tâches proposées pendant le déroulé du poste :
- Dans un premier temps, la variabilité et les corrélations spatio-temporelles du débit seront caractérisées au sein des différents fleuves et affluents, sur la base des simulations MGB.
- Générations des pseudo-observations satellites, à partir de polygones de la couverture au sol des altimètres pour un cycle de répétitivité de l'orbite
- On analysera ensuite la capacité des orbites et des différents concepts de mission à capturer cette variabilité, en prenant en compte graduellement des erreurs simples de mesures instrumentales ou algorithmiques (bruit ou biais sur les hauteurs ou débits).
- Dans un second temps on analysera en fonction des temps de passage des satellites l'impact potentiel de la pluie sur ces mesures (effet d'atténuation du signal radar par la pluie).

Compétences

Bonnes connaissances (niveau Master 2/Ecole d'ingénieur) en hydrologie statistique et/ou en traitement du signal et analyse de données physique (transformées de Fourrier, calculs de covariances et corrélations temps/espace, transformées en ondelettes, analyse de signaux discrets,…)
Connaissances basiques en hydrologie serait un plus, mais possibilité d'acquérir les bases nécessaires pendant l'étude
Bonnes connaissances d'un langage de programmation scientifique (python de préférence)
Connaissance de l'environnement Linux et connaissance de base des scripts shell
Capacité à travailler de manière autonome
Anglais écrit et oral

Contexte de travail

Le Laboratoire d'Etudes en Géophysique et Océanographie Spatiales (LEGOS) est une Unité Mixte de Recherche (UMR 5566) sous les tutelles du CNES, du CNRS, de l'IRD et de l'Université Toulouse III – Paul Sabatier. Le travail au LEGOS se fera plus particulièrement au sein des équipes d'Etude de la Cryosphère et de l'Hydrosphère par Observations Spatiales (ECHOS) et du Centre de Topographie des Océans et de l'Hydrosphère (CTOH). Le travail se fera en collaboration avec l'équipe « Hydro-biogéochimie de la zone critique » du laboratoire Géoscience Environnement Toulouse (GET, UMR 5563, CNRS-IRD-CNES-UFT). Le LEGOS et le GET se trouvent à Toulouse, au sein de l'Observatoire Midi-Pyrénées (OMP).
L'ingénieur-e d'Etude travaillera sous la supervision de Sylvain BIANCAMARIA, Marielle GOSSET et Denis BLUMSTEIN. Des visioconférences seront possibles (mais sans déplacement physique) avec l'équipe brésilienne développant le modèle MGB (IPH, Porto Alegre, Brésil) et avec l'IRSTEA Aix-En-Provence.
Contacts : sylvain.biancamaria@legos.obs-mip.fr, marielle.gosset@ird.fr et denis.blumstein@cnres.fr

Contraintes et risques

Travail sur écran, pas de déplacement hors Toulouse

On en parle sur Twitter !