En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR5269-NADMIC-001 - Chercheur Electrotechnique / H/F

Chercheur Electrotechnique / H/F

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR5269-NADMIC-001
Lieu de travail : GRENOBLE
Date de publication : lundi 11 février 2019
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 8 mois
Date d'embauche prévue : 1 avril 2019
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : entre 2530 euros et 3059 euros bruts mensuels selon expérience
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : 1 à 4 années

Missions

Etude des pertes fer dans les machines fonctionnant à hautes vitesses. Amélioration de la contribution dynamique du modèle LS et applications Véhicule Electrique.

Activités

Les travaux envisagés concernent à la fois l'estimation et la détermination des pertes fer dans une machine électrique fonctionnant à haute vitesse pour application automobile.
L'estimation des pertes dans la machine sera effectuée grâce à des simulations éléments finis 2D avec le logiciel Flux™ et le modèle d'hystérésis dynamique LS développé au G2Elab. Ce dernier sera préalablement amélioré pour mieux rendre compte du comportement du matériau à haute fréquence. La machine test sera fournie par Renault. Les mesures expérimentales se feront au G2Elab en adaptant le banc d'essai Myghale déjà disponible. Les pertes fer mesurées seront comparées aux pertes fer estimées par simulations. Les écarts observés seront analysés de manière quantitative en tenant compte des approximations faites lors des simulations et de la méthode expérimentale de mesure mise en œuvre.

Compétences

Le candidat doit être de formation Génie Electrique. Il doit être familier des simulations éléments finis des dispositifs électromagnétiques et des bancs d'essais machine. Il doit être méthodique, rigoureux et autonomie. Des qualités humaines sont également requises pour une bonne intégration dans l'équipe de projet et interactions avec les membres du laboratoire

Contexte de travail

Ce travail s'inscrit dans le cadre du projet REGINOV entre le G2Elab et la société Renault et vise à une meilleure estimation des pertes dans les machines fonctionnant à haute vitesse.
Le G2Elab (Laboratoire de Génie Electrique de Grenoble) couvre un large spectre de recherche : des matériaux du génie électrique, à la conception de composants ou encore à l'étude et au pilotage des systèmes complexes comme les réseaux électriques. Fort de plus de 100 personnels permanents 110 doctorants et 50 masters, il s'impose comme un acteur majeur dans le domaine de la Recherche en Génie Electrique, à la fois en France et au niveau international.
L'étude sera menée au sein de l'équipe Madea (Matériaux et Dispositifs Electromagnétiques avancées) dont les activités portent sur l'étude des matériaux fonctionnels pour le Génie Electrqiue, la conception de machines et de dispositifs innovants moins énergivores et plus respectueux de l'environnement. Des approches complémentaires sont considérées associant analyse physique, modélisation analytique mais aussi numérique et expérimentation. L'équipe compte environ 45 personnes dont 15 permanents, 15 à 20 doctorants. Elle a développé au sein du laboratoire une plateforme de caractérisation des matériaux magnétiques et un banc d'essai machine électrique qui seront exploités dans le cadre de ce projet. Le candidat aura aussi à sa disposition de nombreux outils de calculs et de simulation numérique dont les logiciels Matlab et Flux pour mener à bien son étude.

On en parle sur Twitter !