En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR5253-DANLAU-006 - Post-doc (H/F) en mécanochimie et RMN solide de biomatériaux

Post-doc (H/F) en mécanochimie et RMN solide de biomatériaux

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : lundi 20 septembre 2021

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR5253-DANLAU-006
Lieu de travail : MONTPELLIER
Date de publication : lundi 30 août 2021
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 12 mois
Date d'embauche prévue : 22 novembre 2021
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : Entre 2600 et 3800 euros bruts mensuels (en fonction de l'expérience post-thèse)
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : 1 à 4 années

Missions

L'oxygène est omniprésent : on le retrouve dans la grande majorité des molécules et matériaux, qu'ils soient naturels ou synthétiques. Développer des outils permettant d'analyser finement le voisinage local de cet élément est donc essentiel pour pouvoir comprendre à la fois la structure et la réactivité d'un grand nombre de systèmes. En particulier, pouvoir déterminer les modes de liaison des atomes d'oxygène situés au niveau de surfaces et d'interfaces dans des (bio)matériaux composites et des (nano)matériaux fonctionnels reste, à l'heure actuelle, un défi majeur.

La spectroscopie de Résonance Magnétique Nucléaire (RMN) est une technique potentiellement puissante pour analyser le voisinage local des atomes. Cependant, elle est très peu sensible et peu répandue dans le cas de l'oxygène, principalement à cause de la très faible abondance naturelle de l'isotope actif en RMN, l'oxygène-17 (0,04%). Pour pallier à cela, à Montpellier, nous avons récemment développé de nouvelles techniques d'enrichissement isotopique en 17O, fondées sur la mécanochimie (https://doi.org/10.1002/anie.201702251). L'avantage de cette approche est qu'elle permet d'accéder facilement à une très large gamme de molécules et matériaux enrichis en 17O, ouvrant ainsi la voie à des études structurales fines sur une plus grande variété de composés (comme des nanoparticules de ZnO greffées - https://pubs.acs.org/doi/abs/10.1021/jacs.0c09383), ainsi qu'à l'élucidation de mécanismes réactionnels (comme ceux ayant lieu entre oxydes lors de réactions de mécanochimie - https://pubs.acs.org/doi/abs/10.1021/acs.inorgchem.0c00208 et https://chemistry-europe.onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/chem.202101421).

Afin de pouvoir élucider la structure d'interfaces complexes, telles que celles présentes dans des biomatériaux comme les carbonates de calcium (que l'on retrouve par exemple dans les coquillages et les coraux), il apparaît à présent nécessaire de travailler non seulement sur l'enrichissement sélectif des interfaces en 17O, mais également sur le développement de nouvelles séquences RMN haute résolution permettant de caractériser de manière fine ces interfaces, ainsi que sur la mise au point d'approches mixtes expérience/modélisation DFT permettant de proposer une description de leur structure. C'est dans ce contexte qu'un poste de chercheur(e) post-doctorant(e) est disponible à l'Institut Charles Gerhardt de Montpellier sur un contrat de 12 mois (potentiellement prolongeable), financé par une bourse européenne ERC CoG.

Activités

Les travaux porteront sur les points suivants :
- synthèses et enrichissement isotopique en 17O par mécanochimie
- analyses structurales (DRX, IR, Raman, MEB, TEM…), avec un accent sur la RMN solide multinucléaire (17O en priorité)
- mise en place de nouvelles séquences RMN solide de corrélation hétéronucléaire 17O...X pour caractériser des interfaces de biomatériaux
- modélisation et calculs ab initio de paramètres RMN (avec la méthode GIPAW par exemple)

De plus, le (la) candidat(e) retenu(e) participera à l'encadrement et à la formation des doctorants et stagiaires recrutés sur le projet, sur les études RMN solide.

Compétences

Le (la) candidat(e) doit avoir une formation en chimie-physique ou chimie des matériaux, et un doctorat en RMN du solide. La connaissance de méthodes de calculs pour la RMN et des techniques de modélisation de matériaux sera un atout important.
Plus généralement, le (la) candidat(e) doit être motivé(e) et capable de mener des recherches de manière autonome et rigoureuse, dans un environnement axé sur le travail en équipe. Il (elle) sera également directement impliqué(e) dans l'encadrement et la formation des doctorants et des stagiaires, en lien avec le projet. Compte tenu de la multidisciplinarité du projet et de son contexte international, une ouverture d'esprit et de bonnes compétences en anglais sont indispensables. La personne retenue devra également être en mesure de valoriser son travail, sous la forme de publications, de webinaires, et (si le contexte le permet) de présentations à des congrès nationaux et internationaux.

Contexte de travail

La recherche sera menée à l'Institut Charles Gerhardt (ICGM, UMR5253) de l'Université de Montpellier (https://www.icgm.fr/), dans le groupe de recherche du projet MISOTOP (https://www.misotoplab.org/). L'ICGM est reconnu internationalement dans le domaine de la science des matériaux, avec un excellent support pour la synthèse et caractérisation de matériaux, notamment par RMN du solide. Le laboratoire est équipé de 3 spectromètres RMN solide « wide-bore » (300, 400 et 600 MHz), et de très nombreuses sondes MAS (1,2 à 9,5 mm de diamètre), dont une spécifiquement dédiée au projet pour le développement de nouvelles séquences RMN 17O haute résolution.
Au quotidien, le (la) candidat(e) retenu(e) sera amené(e) à interagir non seulement avec l'équipe de chercheurs, d'ingénieurs, et d'étudiants directement associée au projet (et plus particulièrement les Dr D. Laurencin et T.-X. Métro), mais aussi avec l'ensemble des chercheurs avec qui l'équipe collabore au niveau local, national et européen, ce qui lui permettra de développer un réseau scientifique sur la scène nationale et internationale. En particulier, pour gagner en sensibilité et en résolution, des campagnes de mesure RMN 17O haute résolution à l'état solide sur les appareils à très haut champ magnétique du réseau national IR-RMN (http://www.ir-rmn.fr/) seront envisagées.

Informations complémentaires

Le projet est soutenu par le Conseil européen de la recherche dans le cadre du programme ERC Consolidator (projet MISOTOP - www.misotoplab.org).
Les candidatures (CV & lettre de motivation) doivent être déposées via le portail du CNRS à l'adresse suivante : https://emploi.cnrs.fr/Offres/CDD. Il est de plus demandé aux candidats d'indiquer le nom de trois référents.
La date de prise de fonction devra avoir lieu entre novembre 2021 et janvier 2022.

On en parle sur Twitter !