En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR5221-GLAMAS0-005 - Post doc H/F en Microencapsulation par traversée d'une interface par une goutte

Post doc H/F en Microencapsulation par traversée d'une interface par une goutte

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR5221-GLAMAS0-005
Lieu de travail : MONTPELLIER
Date de publication : mercredi 6 novembre 2019
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 12 mois
Date d'embauche prévue : 27 novembre 2019
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2500-3000€ selon les indications des grilles CNRS
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : 1 à 4 années

Missions

Le-la post-doctorant-e fera partie de l'équipe Matière molle du Laboratoire Charles Coulomb (L2C) à l'Université de Montpellier. Il travaillera sous la supervision de Gladys Massiera, ainsi qu'avec Martin In dans le cadre du projet EPIC sur un procédé de microencapsulation. Ce projet s'inscrit dans le cadre d'une collaboration avec deux laboratoires en génie des procédés, le laboratoire de Génie Chimique (LGC) à Toulouse et le GEPEA (Nantes – Saint Nazaire). Il a pour objectif le développement à l'échelle pilote d'un procédé d'encapsulation basé sur la génération de gouttes calibrées de phase aqueuse et leur enrobage par traversée d'une interface liquide-liquide par centrifugation. L'objectif est de produire des capsules monodisperses, de taille, de contenu et d'épaisseur de coque contrôlés. Ce projet s'appuie sur le procédé cDICE, Brevet EP2456550 A1, juillet 2010) breveté par le L2C. Le but final du projet est de construire un prototype répondant à des demandes industrielles en terme de taille de capsules (autour de la centaine de microns), d'épaisseur de coques et de taux de production.
Le-la candidat-e sera en charge de travailler sur deux aspects fondamentaux pour la compréhension des conditions de passage et l'application de ces connaissances à l'échelle pilote. Il devra :
i) poursuivre et approfondir des travaux amonts sur le passage de l'interface par une goutte unique sur un montage expérimental qui permet d'atteindre les forces centrifuges nécessaires à la production de capsules
ii) proposer et tester plusieurs systèmes chimiques pour la solidification des coques et des capsules soit par changement de phase en température soit par photopolymérisation et quantifier les caractéristiques des capsules résultant des paramètres hydrodynamiques choisis, comme l'épaisseur et la résistance mécanique de la coque.

Activités

Le-la candidat-e contribuera au projet selon différents aspects :
- Etude et analyse du passage d'une interface par des gouttes (analyse d'images), quantification des champs de déformations et de contraintes des vitesses et du volume de fluide entraîné par le passage,
- Proposition et évaluation de plusieurs systèmes chimiques pour la composition de la coque des capsules. Définition d'objectifs (cahier des charges) pour les deux types d'application de la microencapsulation et choix et tests des systèmes en microfluidique (double émulsion), sur pilote à goutte unique, puis sur prototype en collaboration avec le LGC afin de tester le taux de production.
- Caractérisation des capsules : taux d'encapsulation, épaisseur de coque, caractéristiques mécaniques, résistance chimique (condition de relargage).

Compétences

Les candidats doivent posséder un doctorat en physique, en physico-chimie, en mécanique ou en génie des procédés et une compétence de recherche en microfluidique, analyse d'images et physico-chimie en lien avec les thématiques du projet. D'autres critères essentiels à ce poste sont une bonne connaissance de l'analyse d'image, l'encapsulation, la microfluidique. Une aptitude au travail en équipe sur des projets pluridisciplinaires est requise. L'autonomie et une bonne organisation des plans d'expériences, ainsi qu'une capacité à analyser, critiquer, et communiquer ses résultats seront également nécessaires au projet. Le-la candidat-e devra montrer une capacité à évoluer et développer ses compétences rapidement. Enfin, une maîtrise de l'anglais parlé et écrit est requise ainsi qu'une aisance dans la rédaction de rapport ou de publication.

Contexte de travail

Le laboratoire Charles Coulomb est une unité mixte CNRS – Université de Montpellier. C'est un laboratoire de physique dont les expertises vont de la physique des semi-conducteurs à la matière molle, et composé de physiciens expérimentateurs et théoriciens. Le laboratoire fait partie du Labex Numev et est impliqué dans de nombreuses collaborations locales, nationales et internationales à l'interface avec d'autres sciences.
Le candidat intègrera l'équipe matière molle qui bénéficie de séminaires scientifiques hebdomadaires intra-équipe et régulièrement des séminaires d'intervenants extérieurs. L'équipe possède de nombreux équipements en caractérisation de taille colloïdales, microscopie, rhéologie, méso-structure, caractérisations des interfaces, diffusion de lumière, acquisition en caméra rapide, caractérisation des interfaces, physico-chimie des polymères et des tensio-actifs.

Contraintes et risques

Des déplacements sont à prévoir au LGC à Toulouse ainsi que pour des communications dans des conférences.

On en parle sur Twitter !