En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR5175-MATJOR-004 - Chercheur post-doctoral (H/F) en génomique évolutive

Chercheur post-doctoral (H/F) en génomique évolutive

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR5175-MATJOR-004
Lieu de travail : MONTPELLIER
Date de publication : mercredi 22 janvier 2020
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 24 mois
Date d'embauche prévue : 1 mai 2020
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : de 2 643euros à 3 047euros brut selon expériences
Niveau d'études souhaité : Bac+5
Expérience souhaitée : Indifférent

Missions

Un contrat post-doctoral de 2 ans est disponible pour travailler sur la génomique évolutive d'un polymorphisme d'inversion chez les papillons tropicaux (Heliconius).

Activités

Les polymorphismes d'inversion fonctionnent souvent comme des locus mendéliens (ou supergènes) permettant la coexistence, au sein des populations, de stratégies évolutives très contrastées, comme dans certains cas notoires chez les fourmis (différentes organisations sociales), les oiseaux (acquisition de partenaires), les plantes à fleurs (pollinisation), ou encore les papillons (associations mimétiques), etc. Nos recherches se concentrent sur le spectaculaire polymorphisme de coloration des ailes du papillon tropical Heliconius numata, connu pour ses formes mimétiques distinctes contrôlées par une série d'inversions chromosomiques adjacentes, dont nous disséquons le fonctionnement et l'évolution par des approches théoriques, génomiques, et écologiques.

La personne recrutée sera en charge des approches génomiques, visant à comprendre comment les inversions s'établissent et se propagent dans les populations dans l'aire de répartition. Le projet offre une grande flexibilité dans l'orientation choisie, en fonction des compétences et des intérêts de la personne recrutée. Par exemple, le projet s'intéresse à la diffusion des allèles d'inversion sous l'effet du mimétisme ou de la sélection sexuelle, aux mutations délétères et aux effets antagonistes des inversions sur la valeur sélective, aux facteurs qui sous-tendent les préférences sexuelles hétérogames, etc. Des jeux de données sont disponibles (120 génomes reséquencés, plusieurs assemblages de référence indépendants, transcriptomes et annotations), et seront élargis au cours du projet.

Compétences

La personne recrutée sera titulaire d'un doctorat ou diplôme équivalent en sciences biologiques ou en biologie computationnelle (à la date de démarrage), devra avoir des connaissances approfondies du cadre théorique en génétique des populations, et un grand intérêt pour la compréhension de la biodiversité. La personne recrutée aura une solide expérience des jeux de données génomiques, de la génomique des populations et/ou des inférences démographiques à partir de données génomiques.

Candidature : Les candidats sont vivement encouragés à prendre contact avec Mathieu Joron. Les candidatures formelles doivent être effectuées sur le portail emploi du CNRS. Les candidat.e.s doivent fournir une lettre avec des détails sur leur motivation et leurs réalisations et incluant les orientations de recherche proposées, un CV complet, les noms et coordonnées de deux référents, et leur date de disponibilité.

Contexte de travail

La personne recrutée rejoindra un consortium dynamique d'équipes (CEFE Montpellier et Muséum national d'histoire naturelle à Paris) et interagira avec les chercheurs travaillant sur l'écologie du polymorphisme d'inversion, la modélisation de la sélection balancée ou la dissection fonctionnelle des motifs des ailes. Notre institution partenaire INRIA Genscale, à Rennes, est un centre de bioinformatique important. La personne recrutée bénéficiera donc du soutien direct d'une équipe de bioinformatique.

Le CEFE est le plus grand laboratoire d'écologie en France et est un institut majeur en écologie évolutive et en génétique. Au sein du CEFE, notre équipe comprend 12 chercheurs du CNRS dont les recherches combinent génétique et écologie évolutive pour aborder une diversité de sujets sur l'adaptation et la variation naturelle. Notre groupe se concentre sur les motifs des ailes des papillons comme modèle pour déchiffrer comment la diversité est façonnée par la sélection naturelle et d'autres processus au niveau phénotypique et génomique. Montpellier est un pôle majeur en matière de recherche sur l'évolution et l'environnement dans le monde et comprend une communauté dynamique avec plusieurs centaines de chercheurs dans ce domaine, et des programmes universitaires réputés. L'Université de Montpellier est classée première dans le classement de Shanghai 2018 et 2019 en écologie. Située dans le sud de la France en région méditerranéenne, Montpellier bénéficie d'un climat agréable, d'une nature magnifique et d'une vie culturelle et urbaine intense.

Contraintes et risques

Date de démarrage : flexible, mais idéalement avant l'été 2020, et au plus tard en octobre 2020.
Salaire net : entre 25 et 35 k€/an en fonction de l'expérience, prestations sociales et assurance maladie comprises.

Date limite de candidature : 23 février 2020

Informations complémentaires

CEFE-UMR5175
Equipe GEE
Reponsables Mathieu JORON et Patrik NOSIL

On en parle sur Twitter !