En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR5175-MAGPRO-002 - post-doc en écologie comportementale et olfaction de l'insecte (H/F)

post-doc en écologie comportementale et olfaction de l'insecte (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR5175-MAGPRO-002
Lieu de travail : MONTPELLIER
Date de publication : vendredi 12 juillet 2019
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 24 mois
Date d'embauche prévue : 1 janvier 2020
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : Entre 2 600 et 3 000€ bruts mensuels (selon expérience)
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : Indifférent

Missions

Les activités anthropogéniques représentent une réelle menace pour la pollinisation, composante centrale de la biodiversité, et pour le service écosystémique crucial qu'elle représente. Une série de facteurs majeurs responsables du déclin des pollinisateurs et de la pollinisation ont été identifiés et des orientations politiques ont récemment été suggérées. Néanmoins, alors que la vulnérabilité des interactions plantes-pollinisateurs est une conséquence importante des changements globaux, l'influence de l'augmentation des polluants atmosphériques comme l'ozone (O3) a été négligée. La reconnaissance des odeurs florales, mélange de composés organiques volatils (COV), par leur pollinisateur est une étape décisive de la pollinisation mais peut être directement affectée par une augmentation de la concentration d'ozone ([O3]). Il devient urgent de caractériser précisément l'impact d'une exposition à l'O3 sur la résilience de la communication chimique et donc ses effets directs sur les interactions plantes-pollinisateurs et les services rendus.
L'objectif de ce projet est de comparer l'effet de plusieurs niveaux d'exposition à l'O3 sur la communication chimique plantes-pollinisateurs. L'interaction généraliste entre la lavande, Lavandula angustifolia, et l'abeille Apis mellifera domestique sera utilisée comme modèle d'étude. L'hypothèse testée est que, l'O3 par son fort potentiel oxydatif, doit avoir un impact sur la communication chimique plantes-pollinisateurs : (1) sur l´émission des COVs libérés par la plante, modifiant la quantité et qualité du signal; (2) sur leur transformation et diffusion dans l´atmosphère ; (3) sur leur détection des COVs par l´insecte. Ce projet est donc divisé en 3 tâches.
Dans le cadre de ce projet, un poste de chercheur post-doctoral est disponible au Centre d'Ecologie Fonctionnelle et Evolutive au CNRS à Montpellier sur un contrat de 24 mois, financé par l'ANSES (PI: Magali Proffit).

Activités

La mission de ce post-doctorant sera de mettre au point des tests comportementaux adaptés ainsi que de réaliser des enregistrements électro-physiologiques sur l'abeille domestique afin de tester l'impact de différentes conditions d' O3 sur la détection des COV par les antennes des pollinisateurs et leur comportement vers les COV émis par les lavandes (tâche 3 du projet).
De plus, le (la) candidat(e) retenu(e) sera amené(e) à réaliser ce type d' expérimentations (EAG et PER) dans le cadre des tâches 1 et 2 en collaboration avec une thésarde. Le (la) candidate retenu(e) participera également à l'encadrement de stagiaires recrutés sur le projet.

Compétences

Le (la) candidat(e) doit être titulaire d'un doctorat en neuroscience ou écologie comportementale. Le (la) candidate devra avoir une formation solide en écologie comportementale ainsi que des connaissances pratiques sur la manipulation des colonies d'abeilles. La connaissance des méthodes de conditionnements olfactifs du réflexe d'extension du proboscis (PER en anglais) sera un atout important.

Plus généralement, le (la) candidat(e) doit être motivé(e) et capable de mener des recherches de manière autonome et rigoureuse, et faire preuve d'un esprit d'équipe. Une ouverture d'esprit et de bonnes compétences en anglais sont indispensables.

Contexte de travail

Les recherches seront menées au CEFE (UMR 5175). Cet institut est reconnu internationalement dans le domaine de l'écologie. De plus, il héberge une importante plateforme d'analyse chimique.
Au quotidien, le (la) candidat(e) retenu(e) sera amené(e) à interagir non seulement avec l'équipe de chercheurs et d'étudiants directement associée au projet, mais aussi avec des chercheurs avec qui l'équipe collabore au niveau local et national.

Contraintes et risques

Travail avec des colonies d'abeilles domestiques .

Informations complémentaires

Le projet est soutenu par l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (ANSES).
Les candidatures doivent être déposées via le portail https://emploi.cnrs.fr/Offres/CDD avant le 4 Septembre. Les candidats doivent envoyer leur CV et lettre de motivation, et indiquer le nom de deux référents. Pour les candidats retenus des auditions seront organisées entre le 16 et le 27 Septembre 2019.

On en parle sur Twitter !