En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR5175-AURBES-003 - Ingénieur Recherche H/F - Etude des mortalités additionnelle soutenables d'oiseaux dans le cadre du développement éolien

Ingénieur Recherche H/F - Etude des mortalités additionnelle soutenables d'oiseaux dans le cadre du développement éolien


Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR5175-AURBES-003
Lieu de travail : MONTPELLIER
Date de publication : mardi 21 juillet 2020
Type de contrat : CDD Technique/Administratif
Durée du contrat : 12 mois
Date d'embauche prévue : 1 octobre 2020
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : Entre 2 461,99€ et 2 835,75€ bruts mensuels
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : Indifférent

Missions

De nombreuses espèces d'oiseaux subissent actuellement des déclins marqués de leurs effectifs en réponse à la combinaison de multiples perturbations de sources anthropiques. Le développement des parcs éoliens terrestres et marins est une menace qui s'additionne aux autres pressions en générant une perte d'habitat mais aussi une nouvelle source de mortalité directe par collision. De par la réglementation sur l'impact environnemental des infrastructures industrielles telles que les parcs éoliens, des études d'impact et des suivis environnementaux sont menés en amont des projets et en phase d'exploitation. Dans ce cadre, la quantification des mortalités occasionnées par un parc éolien est obtenue par des prospections régulières au pied des éoliennes pour les collisions avec les éoliennes. Ces prospections permettent d'inférer les mortalités totales occasionnées au niveau d'un parc. Cependant, cette quantification des mortalités en nombre n'est pas suffisante pour déterminer quelles sont leurs conséquences sur la dynamique d'une population et sur sa viabilité.
Les connaissances générales sur la dynamique des populations animales et d'oiseaux en particulier permettent de lister un certain nombre de points critiques à étudier pour évaluer les seuils de mortalités additionnels soutenables. Par exemple, il est démontré depuis longtemps qu'il y a un lien fort entre la taille des populations et leur risque d'extinction du fait de phénomènes aléatoires liés à la réalisation des évènements de mortalité et de fécondité (Morris and Doak 2002). En termes de stratégie démographique, les oiseaux et les mammifères s'organisent le long d'un continuum allant d'espèces à stratégies dites « rapides » investissement massivement dans la fécondité et peu dans la maintenance (survie) aux espèces investissant fortement dans cette maintenance (croissance corporelle et survie) et peu dans la fécondité. La position sur cet axe a un lien direct avec l'impact des mortalités additionnelles, les espèces à stratégies lentes, longévives, ayant des dynamiques de populations très sensibles à la survie des individus, notamment adultes, au contraire des espèces à stratégie « rapide » qui seront plus sensibles aux facteurs impactant leur fécondité (Lebreton and Clobert 1991). Dans les autres éléments de connaissance importants à mobiliser, on trouve les notions de densité-dépendance et de compensation. Enfin, dans les éléments de connaissance importants, il est clairement démontré que les sources de mortalité additionnelles ont un impact variable selon la période de l'année à laquelle elles interviennent.

Activités

Malgré une littérature riche sur la démographie et la dynamique des populations d'oiseaux, il existe peu de travaux avec une portée générale sur les impacts attendus des mortalités additionnelles induites par les collisions sur les parcs éoliens en termes de dynamique ou de viabilité des populations. Ce poste s'intègre dans le projet MAPE (Mortalité Aviaire sur les Parcs Eoliens) développé à travers une collaboration entre des exploitants de parcs, des ONG environnementales, l'Etat (DREAL Occitanie), l'OFB, la région Occitanie, l'ADEME et la labex CEMEB et animé par la Maison des Sciences de l'Homme de Montpellier. Dans le cadre du projet MAPE, ce workpackage a pour objectif de poser les bases théoriques et pratiques pour une évaluation plus rigoureuse des impacts attendus des mortalités par collision dans le cadre du développement de parcs éoliens.
Pour ce faire le projet s'organisera en quatre axes complémentaires :
Le premier axe visera à réaliser un état de l'art le plus exhaustif possible de la littérature (internationale et littérature grise) sur la manière dont sont abordées les questions de mortalités additionnelles soutenables dans le contexte éolien. Cet état de l'art s'attachera à développer une analyse critique des approches proposées en regard de la littérature théorique et empirique la plus récente en dynamique des populations, notamment des populations exploitées (pêche, chasse) qui s'est beaucoup intéressée à la question de la soutenabilité des mortalités additionnelles.
Dans un 2ème axe, le projet s'attachera à définir les standards méthodologiques les plus pertinents pour quantifier l'impact des mortalités additionnelles soutenables dans le cadre de projet éoliens. Cet axe s'attachera notamment à déterminer s'il existe différentes méthodes pertinentes, adaptées à une disponibilité plus ou moins grande de données antérieures. Il s'attachera aussi à déterminer quelles sont les données minimum requises pour conduire un travail de quantification pertinent. Cet axe permettra de définir un cadre rigoureux et standardisé de quantification de l'impact des mortalités additionnelles qui pourra servir de base à une note de cadrage national par exemple.
Dans un 3ème axe, le projet s'attachera à développer un outil de mise en œuvre de la (ou des) méthode(s) proposée(s) dans l'axe 2. Cet outil sera à destination des bureaux d'étude chargé des quantifications des impacts en amont ou des suivis en phase d'exploitation. Si le format précis de l'outil reste à déterminer, un effort sera entrepris pour que cet outil soit suffisamment simple et automatisé pour qu'il ne nécessite pas des compétences pointues en statistiques ou en programmation. Un outil de type « application shiny » pourrait par exemple être envisagé.
Enfin, un 4ème axe aura pour objectif de développer le contenu d'une formation de 2 ou 3 jours autour de cette question des mortalités additionnelles soutenables en s'appuyant sur les 3 axes précédents. Cette formation sera à destination de l'ensemble des parties-prenantes impliquées dans les questions d'éolien (bureaux d'étude, développeurs et exploitants de parcs, services de l'état, associations de protection de la nature, etc) et aura pour objectif une meilleure appréhension des enjeux méthodologiques autour des questions de dynamique de populations dans le cadre du développement de parcs éoliens.

Compétences

Docteur en écologie avec compétences reconnues en démographie et ou en écologie statistique. Bonnes capacités de programmations. Motivation pour la recherche opérationnelle et partenariale avec des acteurs multiples.

Contexte de travail

Localisation : UMR5175 Centre d'Ecologie Fonctionnelle et Evolutive – Montpellier ; au sein de l'équipe HAIR sous la direction d'Aurélien Besnard et collaboration avec Olivier Duriez.

Contraintes et risques

aucun

On en parle sur Twitter !