En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR5168-CHLZUB-003 - Chercheur(se) postdoctoral(e) en biologie structurale et biophysique H/F

Chercheur(se) postdoctoral(e) en biologie structurale et biophysique H/F

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : mercredi 25 mai 2022

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Informations générales

Référence : UMR5168-CHLZUB-003
Lieu de travail : GRENOBLE
Date de publication : mercredi 4 mai 2022
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 24 mois
Date d'embauche prévue : 1 septembre 2022
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2663.79 et 3953.59 € euros bruts mensuel selon expérience
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : 5 à 10 années

Missions

Le/la candidat(e) fera partie de l'équipe de Biologie Structurale Intégrée et Développement des Plantes du Laboratoire de Physiologie Cellulaire et Végétale à Grenoble. Nous avons identifié une protéine importante pour la détection de la température chez Arabidopsis appelée EARLY FLOWERING 3 (ELF3), un composant central de l'horloge circadienne. Cette protéine contient une région intrinsèquement désordonnée et un domaine de type prion qui subit une séparation de phase liquide-liquide (LLPS) in vitro et in vivo. L'objectif du projet est de déterminer les mécanismes importants pour la séparation de phase in vitro et in vivo et de déterminer la signification physiologique de la LLPS in planta. Le/la candidat(e) sera chargé de mener des expériences de diffusion des rayons X aux petits angles (SAXS), d'AFM et de microscopie à fluorescence pour la caractérisation structurelle de la protéine en fonction de différentes conditions in vitro. Le/la candidat(e) réalisera des expériences transgéniques en utilisant la plante modèle Arabidopsis thaliana et caractérisera la formation de puncta contenant ELF3 en utilisant FRAP et FRET-FLIM. En outre, le/la candidat(e) aidera à superviser les étudiants/techniciens. Le/la candidat(e) sera localisé et réalisera ses expériences au CEA de Grenoble. Le/la candidat(e) sera supervisé par C. Zubieta.

Activités

Le/la candidat(e) développera des protocoles pour l'expression et la purification de la longueur totale et des constructions de troncature d'ELF3. Cela nécessite des tests d'expression recombinante dans des systèmes d'expression procaryotes et eucaryotes et une bonne connaissance de ces techniques est requise. Le/la candidat(e) effectuera la collecte de données SAXS et la résolution de structures à l'ESRF (France) et au Diamond Light Source (Royaume-Uni). En outre, différentes techniques biochimiques et biophysiques, notamment l'AFM, l'EM, la microscopie optique et la microscopie à fluorescence, pourront être utilisées pour caractériser la structure de la protéine d'intérêt en fonction de la température. Le/la candidat(e) participera à la supervision d'étudiants en thèse et en maîtrise, contribuera à la rédaction de manuscrits et présentera des résultats lors de conférences nationales et internationales. Les résultats obtenus contribueront à notre compréhension de la thermosensibilité et de la réponse des plantes. Il s'agira d'une recherche fondamentale, mais avec des applications potentielles à long terme dans le domaine de la bio-ingénierie des caractéristiques souhaitées chez les espèces cultivées.

Compétences

Les compétences requises comprennent une expérience en biologie moléculaire (conception de différentes constructions, vecteurs d'expression), en biochimie des protéines (expression, purification et caractérisation des protéines), en microscopie à fluorescence (FRAP) et en SAXS. Le/la candidat(e) sera titulaire d'un doctorat en biologie végétale, biologie structurale ou dans un domaine connexe. Le candidat doit parler et écrire couramment l'anglais et, idéalement, posséder une connaissance pratique du français. Le/la candidat(e) doit avoir au moins une publication de premier ou de second auteur en biologie structurale, de préférence SAXS. Les candidats doivent être capables de travailler en collaboration au sein d'une équipe.

Contexte de travail

Le projet se déroulera au Laboratoire de Physiologie Cellulaire et Végétale, situé sur le campus du CEA à Grenoble. Le LPCV (https://www.lpcv.fr), qui fait partie de l'Institut de Recherche Interdisciplinaire de Grenoble (IRIG, https://www.cea.fr/drf/IRIG/Pages/Presentation.aspx), est composé de dix équipes de recherche et de plus de 200 chercheurs en physiologie végétale et cellulaire. Le LPCV est un laboratoire diversifié, spécialisé dans la biologie du développement des plantes, la biologie structurale, la microscopie et la biochimie. Il regroupe des chercheurs du CNRS (http://www.cnrs.fr/index.php), du CEA, de l'INRAE et de l'Université Grenoble Alpes. Le projet implique également les équipes de biologie structurale de l'European Synchrotron Radiation Facility (ESRF https://www.esrf.fr). Cette étroite collaboration permet au candidat d'accéder à la ligne de faisceau de diffusion des rayons X aux petits angles (BM29) de l'ESRF.

Grenoble est une ville dynamique avec une communauté de recherche internationale vibrante située dans les Alpes. En plus de son attrait scientifique, Grenoble propose des sports de montagne, notamment l'escalade, le VTT, le cyclisme sur route et le ski.

Contraintes et risques

Des déplacements au Royaume-Uni et en Allemagne pour la collecte de données peuvent être nécessaires (déplacements internationaux).

On en parle sur Twitter !