En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR5129-MARCLO-041 - CDD Chercheur (H/F) : Conception de systèmes d'interface air/liquide à perméabilité douce pour les essais biologiques

CDD Chercheur (H/F) : Conception de systèmes d'interface air/liquide à perméabilité douce pour les essais biologiques

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : vendredi 2 juillet 2021

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR5129-MARCLO-041
Lieu de travail : GRENOBLE
Date de publication : vendredi 11 juin 2021
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 18 mois
Date d'embauche prévue : 1 septembre 2021
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : Entre 2648,79 et 2897,29 € bruts
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : Indifférent

Missions

Contexte :
Il est maintenant largement documenté que les cellules animales ressentent les propriétés mécaniques de leur environnement. Mais les essais in vitro sont encore réalisés sur des boîtes de Petri en plastique ou en verre, qui sont connues pour induire des dérives dans l'expression génétique [1]. Cultiver des cellules sur une matrice molle qui imite les propriétés mécaniques du tissu vise à augmenter la physiologie des essais afin d'obtenir des observations plus pertinentes concernant leur application pour la santé humaine. Cette stratégie est reconnue comme l'une des étapes critiques pour la construction de modèles pertinents pour la découverte de médicaments [2]. Dans ce contexte, notre groupe a développé des matrices synthétiques souples pour la culture cellulaire en 2D avec des propriétés mécaniques et de surface robustes [3].
Nous nous concentrons ici sur la conception de supports mécano-mimétiques pour les tissus pulmonaires. Les épithéliums pulmonaires présentent une stratification complexe qui provient de l'interface du tissu avec l'air. Cette complexité est prise en compte par les inserts d'interface air/liquide (ALI) qui ont été proposés pour la reconstruction in vitro de l'épithélium bronchique. Il a été démontré que le système ALI permet de surmonter plusieurs artefacts provenant des différences d'anatomie, de composition cellulaire et de réponses moléculaires entre les humains et les rongeurs [4]. L'ALI partage un objectif similaire à celui des organoïdes 3D, avec des capacités d'imagerie plus simples. Cependant, cette technique présente des limites dans la reconstruction des tissus tumoraux. Un écueil pourrait être que la membrane de l'ALI est rigide et qu'elle peut par conséquent induire une dérive des phénotypes cellulaires et empêcher leur reconstruction. Notre objectif est donc de mettre en place des inserts d'interface Air/Liquide avec une membrane perméable souple, en faisant le pari que cette amélioration augmentera les potentialités de cette technique et la rendra plus versatile. Ce développement est réalisé dans le contexte de l'adénocarcinome pulmonaire, une cause majeure de décès par cancer (taux de survie à 5 ans : 17%). Un sous-type spécifique d'adénocarcinome, les tumeurs mutées KRAS souvent rencontrées chez les patients non-fumeurs, reste un défi pour les molécules thérapeutiques, posant la question de la précision du criblage des médicaments en phase préclinique. Notre groupe travaille actuellement à la caractérisation des propriétés mécaniques de ce tissu pathologique.
Objectif :
Le projet porte donc sur le développement d'une membrane souple perméable pour les inserts ALI. Les propriétés mécaniques de la membrane doivent être de l'ordre de 1-10kPa et doivent être facilement accordables, tout en devant tenir lieu d'insert. À cette fin, nous prévoyons l'utilisation de la photochimie et des hydrogels à double réseau [5]. Les technologies d'impression 3D peuvent être envisagées. Le candidat devra mettre en place un processus pour atteindre cet objectif. Il/elle sera partagé(e) entre deux laboratoires, le LTM, qui héberge une expertise en photolithographie et impression 3D, et le CERMAV, avec une forte expertise en chimie des polymères et photopolymérisation.

Activités

- conception d'un hydrogel de rigidité accordable et de perméabilité contrôlée, compatible avec les propriétés mécaniques des tissus animaux, compatible avec la diffusion du milieu de culture et compatible avec l'expérimentation biologique.
- Caractérisation des propriétés mécaniques et de la perméabilité de l'hydrogel.
- conception de l'ensemble de l'insert souple ALI.

Compétences

- Connaissances théoriques : Chimie des polymères. Rhéologie.
- Savoir-faire opérationnels : Conception de polymères. Rhéométrie. Des connaissances complémentaires en photochimie seront appréciées. Des bases en biologie cellulaire sont un plus.
- Savoir-être : Le (la) candidat(e) doit être à l'aise de travailler dans deux laboratoires avec une encadrement conjoint, et de faire partie d'équipes interdisciplinaires (chimie, biophysique, technologie, physique).
- Anglais parlé et écrit.

Contexte de travail

Le LTM est une unité mixte de recherche CNRS/Université Grenoble Alpes, comportant 2 équipes et compte environ 90 personnes. Le laboratoire est situé le site du CEA-LETI à Grenoble. Le (la) candidat(e) intégrera l'équipe Micro et Nanotechnologies pour la Santé, l'Energie et l'Environnement (MiNaSEE).
Ce projet fait partie d'un projet plus large, financé par le CLARA (Canceropole Lyon Auvergne Rhône Alpes) qui implique 4 partenaires (A. Nicolas, LTM ; C. Chaveroux, CRCL ; L. Chalabreysse, HCL ; C. Migdal, Cell&Soft). Cette partie du projet bénéficie de la collaboration avec R. Auzely-Velty, CERMAV.

Contraintes et risques

Le LTM est situé à Grenoble Presqu'île (campus Minatec) et le CERMAV est situé dans le campus de l'université. Les deux sont reliés par les transports en commun (30min). Le candidat devra partager son temps entre les deux laboratoires.

On en parle sur Twitter !