En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR5107-SOPHEU0-031 - H/F POST DOC " Minimisation de l'empreinte laser par “machine learning” dans le contexte de la fusion par confinement inertiel"

H/F POST DOC " Minimisation de l'empreinte laser par “machine learning” dans le contexte de la fusion par confinement inertiel"

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : jeudi 24 juin 2021

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR5107-SOPHEU0-031
Lieu de travail : TALENCE
Date de publication : jeudi 3 juin 2021
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 24 mois
Date d'embauche prévue : 1 décembre 2021
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : Entre 2 648 et 3 768 € bruts mensuels selon expérience
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : Indifférent

Missions

Minimisation de l'empreinte laser par “machine learning” dans le contexte de la fusion par confinement inertiel

Activités

Afin de réduire l'influence de l'empreinte laser, nous proposons un post-doctorat qui aura vocation à coupler l'outil physico-numérique du CELIA à un modèle microscopique décrivant l'évolution de la réponse optique d'une mousse lors de la transition solide-plasma. La première étape du travail consistera à construire ce modèle microscopique sur la base de travaux déjà réalisés sur la résolution de l'équation d'Helmholtz. Les temps calculs étant prohibitifs dans la perspective de leur couplage au code hydrodynamique grande échelle, le modèle physique sera remplacé par une architecture avancée d'un réseau de neurones. La seconde étape consistera à entrainer l'algorithme d'intelligence artificielle afin qu'il reproduise au mieux les prédictions du modèle physique. En particulier les paramètres pertinents du modèle seront déterminés. La troisième étape du post-doctorat consistera à effectuer des simulations multi-échelles avec l'outil développé, en comparant en particulier les résultats obtenus avec matériau homogène et hétérogène. La pertinence des résultats obtenus du point de vue des mécanismes physiques sera analysée, ce qui permettra de comprendre plus finement l'influence de l'état solide initial. Enfin il s'agira d'étudier la possibilité de mettre en œuvre expérimentalement les configurations simulées afin de valider l'approche.

Compétences

Le/La candidat(e) devra avoir suivi une formation en physique ou mathématiques appliquées, et des connaissances en programmation sont souhaitées.

Contexte de travail

Le laboratoire CELIA développe des études sur différents schémas de fusion inertielle par laser avec l'objectif de proposer une solution efficace pour la production d'énergie. Les travaux théoriques et numériques sont soutenus par des expériences menées par des chercheurs du laboratoire auprès des grands lasers en France (Laser MégaJoule au CEA/CESTA) et à l'étranger (Laser Omega au Laboratory for Laser Energetics (LLE) à Rochester, USA). Afin d'optimiser l'implosion de la cible, l'impulsion laser est mise en forme spatialement et temporellement, notamment par une pré-impulsion d'une centaine de picosecondes et d'intensité de quelques centaines de TW/cm2. Cependant cette dernière introduit des inhomogénéités spatiales à la surface et en volume de la cible, amplifiées par le comportement solide initial de la matière. Ces empreintes générées par la pré-impulsion vont dégrader la symétrie de la cible lors de son implosion, et donc diminuer l'efficacité du confinement inertiel. A l'heure actuelle, la plupart des codes de calcul hydrodynamique dédiés à la modélisation de la fusion inertielle, supposant un état plasma dès le début de l'interaction, sont incapables de rendre compte de certaines observations expérimentales. Nous venons de développer au CELIA un outil original de simulation multi-physique et multi-échelle qui inclut la transition de phase d'un matériau homogène induite par le laser. Cependant, dans le cas d'un design de cible où sa surface est une mousse de polystyrène (matériau hétérogène) permettant d'atténuer l'effet de l'empreinte laser grâce à ses propriétés optiques, nous ne disposons d'aucune approche permettant de décrire son évolution sous flux laser. Pour effectuer ses travaux, le post-doctorant intégrera un groupe du CELIA travaillant sur l'interaction laser-matière tant du point de vue théorique qu'expérimental.

On en parle sur Twitter !