En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR5089-CHRCHA-001 - Ingénieur(e) d'Etude en Biologie moléculaire - Microbiologie (H/F)

Ingénieur(e) d'Etude en Biologie moléculaire - Microbiologie (H/F)


Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR5089-CHRCHA-001
Lieu de travail : TOULOUSE
Date de publication : mercredi 9 janvier 2019
Type de contrat : CDD Technique/Administratif
Durée du contrat : 18 mois
Date d'embauche prévue : 1 avril 2019
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : environ 2075 euros brut mensuel
Niveau d'études souhaité : Bac+5
Expérience souhaitée : 1 à 4 années

Missions

L'Institut de Pharmacologie et de Biologie Structurale (IPBS, Toulouse) recrute un(e) ingénieur(e) d'étude sur un projet multidisciplinaire visant à développer de nouveaux agents antibactériens et un nouvel outil génétique de criblage in vivo de mutants de virulence. L'ingénieur(e) aura pour mission principale d'évaluer l'effet inhibiteur de composés identifiés par criblage haut débit sur l'activité d'enzymes produites par différentes bactéries responsables d'infections pulmonaires graves et de tester l'activité bactéricide de certaines de ces molécules. En parallèle de ce travail, il/elle participera au développement d'un outil de mutagénèse par transposition visant à générer une banque de mutants chez le bacille de la tuberculose lors des étapes tardives de l'infection

Activités

- Production et purification de protéines recombinantes
- Mise en œuvre de tests biochimiques pour évaluer l'effet inhibiteur de molécules sur l'activité d'enzymes
- Réalisation de tests de viabilité cellulaire (MTT/BacTiter-Glo) sur différentes espèces de bactéries pathogènes (classe 2), in vitro et dans divers modèles cellulaires
- Construction de vecteurs par des techniques classiques de biologie moléculaire et validation des outils génétiques construits chez une mycobactérie modèle (classe 1)

Compétences

Diplôme de niveau Bac+5 requis dans le domaine de la biologie moléculaire ou en microbiologie.

Compétences techniques:
- Maitrise des techniques de biologie moléculaire
- Maitrise des techniques de base de microbiologie
- Connaissances en biochimie des protéines et en enzymologie
- Maîtrise des outils de communication écrite et orale (Word, Excel, Powerpoint)
- Une expérience en surproduction et purification des protéines sera considérée comme un plus.
-
Compétences personnelles:
- Capacité à travailler en équipe
- Sens de l'organisation et autonomie
- Rigueur et esprit d'initiative
- Savoir mettre en forme et communiquer des résultats en interne
- Maitrise la langue anglaise niveau B1 (écrit/oral)

Contexte de travail

Le poste à pouvoir est localisé à l'Institut de Pharmacologie et de Biologie Structurale (IPBS CNRS/Université Paul Sabatier, Toulouse) dans le groupe « Pathogénicité moléculaire des mycobactéries » dirigé par C. Guilhot (http://www.ipbs.fr/index.php/molecular-mycobacterial-pathogenesis). L'équipe travaille depuis de nombreuses années sur la problématique des infections liées aux mycobactéries, en particulier la tuberculose. Elle est associée à un programme réunissant plusieurs partenaires académiques, ayant pour objectif de concevoir des molécules actives dirigées contre plusieurs microorganismes pathogènes pour l'homme (Mycobacterium tuberculosis, Mycobacterium abscessus, Pseudomonas aeruginosa). La personne recrutée travaillera sous la responsabilité d'un chercheur de l'équipe et sera amenée à interagir avec d'autres ingénieurs et chercheurs impliqués dans le projet.

Contraintes et risques

Une partie du travail sera réalisée en laboratoire de sécurité biologique de niveau 2.

On en parle sur Twitter !