En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR5001-VALLAN0-061 - Chercheur en microbiologie environnementale et biogéochimie minérale H/F.

Chercheur en microbiologie environnementale et biogéochimie minérale H/F.

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : mercredi 27 octobre 2021

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR5001-VALLAN0-061
Lieu de travail : ST MARTIN D HERES
Date de publication : mercredi 22 septembre 2021
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 24 mois
Date d'embauche prévue : 1 décembre 2021
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 663 €
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : 1 à 4 années

Missions

Le projet REVIVING (https://www.clustermineralresources.pt/reviving) a pour objectifs de valoriser les résidus miniers en tant que ressources, de fournir des métaux qui sont aujourd'hui extraits par d'autres procédés, de promouvoir le recyclage, à minimiser la production de déchets dangereux et à adopter ainsi une économie circulaire.
Le projet REVIVING vise à obtenir des modèles améliorés pour le recyclage efficace des métaux provenant de résidus des mines étudiées, basés, pour la première fois, sur la manipulation du microbiome autochtone des résidus, en utilisant des données moléculaires pour promouvoir les populations de bactéries biolixiviantes. Le succès attendu de ces travaux aboutira à la validation d'un bioprocessus propre, économique et innovant pour la récupération des métaux à partir des déchets, qui permettra de réintégrer les résidus dans le cycle de production, soutenant ainsi la transition de l'UE vers une économie circulaire.

Activités

La personne recrutée comme chercheur.e (postdoc) exercera son activité scientifique à l'IGE Grenoble dans l'équipe HyDRIMZ, spécialiste des transferts réactifs dans la zone critique de l'environnement. Il/Elle sera en charge de l'étude physicochimique et physiologique des modèles bactériens utilisés dans le procédé biologique à développer et de leur application en pilotes de différentes tailles en laboratoire et in situ. Le programme expérimental consistera à étudier la mobilité de métaux lourds issus de déchets miniers provenant de la mine de tungstène de Panasqueira au Portugal sous l'effet des bactéries modèles étudiées, issues ou non du déchet. Le/la Postdoc aura à maitriser et appliquer des outils de détection et quantifications cellulaires (Culture, cytométrie en flux, microscopie, qPCR, séquençage haut débit et analyse de données de métagénomique…) en cultures et dans les effluents des pilotes. Il/elle contribuera à établir la relation entre le comportement des bactéries dans le milieu poreux étudié (mobilité, agrégation, activité…) et l'efficacité de lixiviation des métaux d'intérêt (solubilisation et spéciation). Le/la candidat devra ainsi également effectuer le suivi des concentrations en éléments métalliques ciblés, biolixiviés dans les différentes conditions testées, par des méthodes analytiques de pointe (ICP-OES ou ICP-MS). Le/la personne recrutée sera également chargée de la rédaction de rapports d'avancement en anglais et de la valorisation des résultats sous forme de publications ou conférences de niveau international.

Compétences

- Solide formation doctorale en biogéochimie ou microbiologie des sols et/ou biologie moléculaire appliquée aux écosystèmes pollués, notamment terrestres. Compétences en chimie ou géochimie hautement souhaitables, de même qu'un vif intérêt pour les études environnementales (milieux ou matériaux contaminés ou naturellement riches en éléments toxiques, e.g. minerais ou résidus miniers.
- Expérience dans la préparation et la conduite d'essais interdisciplinaires et multi-échelles (du bioréacteur de laboratoire au pilote de terrain).
- Connaissances en nouvelles technologies de séquençage indispensables, ainsi qu'en analyse de ces données « métagénomiques ».
- Bonne aptitude à travailler en équipe, notamment dans un contexte interdisciplinaire (microbiologie, chimie, physique) et bonnes aptitudes sociales pour participer à la coordination des travaux expérimentaux du projet en France et à l'étranger, et à l'encadrement d'étudiants de tous niveaux participant au projet et de chercheurs visiteurs (bon niveau d'anglais indispensable).
- Autonomie (organisation du travail, présentation des résultats, rédaction de rapports et de publications en anglais).

Contexte de travail

L'IGE est une Unité Mixte CNRS-UGA-IRD-GINP (campus de St Martin d'Hères) qui constitue l'un des principaux laboratoires de l'Observatoire des Sciences de l'Univers de Grenoble (OSUG) qui est une structure fédérative de l'INSU. L'IGE est constitué de 8 équipes reconnues pour leurs activités de recherche et enseignement sur le climat et l'anthropisation de notre planète, notamment la zone critique de notre environnement. L'IGE rassemble environ 250 personnes dont 150 membres permanents (chercheurs, enseignants-chercheurs, ingénieurs) et environ 100 doctorants, post-doctorants et personnels en contrat à durée déterminée. Le laboratoire accueille aussi chaque année plusieurs dizaines de stagiaires et visiteurs scientifiques.
Cette Unité de recherche bénéficie sur son site du dynamisme apporté par l'UGA, labellisée Université IDEX. L'Université Grenoble Alpes (UGA) est une communauté d'universités et d'établissements (ComUE) à vocation Recherche.
La personne recrutée effectuera sa mission au sein de l'équipe HyDRIMZ de l'IGE et sera placé.e sous la co-responsabilité de Jean MARTINS, Laurent OXARANGO et Lorenzo SPADINI.

Contraintes et risques

Sans.
La recherche se fera indifféremment en français ou anglais, néanmoins il est attendu que le candidat non-francophone s'efforce d'apprendre les bases du français afin de faciliter la communication et son intégration dans le laboratoire.

On en parle sur Twitter !