En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR3589-VIRGUE-006 - CDD Chercheur de 2 ans sur l'intelligence artificielle pour la paramétrisation des flux turbulents de surface en régions polaires (H/F)

CDD Chercheur de 2 ans sur l'intelligence artificielle pour la paramétrisation des flux turbulents de surface en régions polaires (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : mercredi 22 décembre 2021

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR3589-VIRGUE-006
Lieu de travail : TOULOUSE
Date de publication : mercredi 10 novembre 2021
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 24 mois
Date d'embauche prévue : 17 janvier 2022
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : entre 2700 et 4000 euros bruts mensuels selon experience
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : Indifférent

Missions

Au cours des dernières décennies, la banquise arctique a connu un déclin majeur, perçu comme un signe emblématique du changement climatique et prévu de se poursuivre dans les prochaines décennies. Ce déclin important de la couverture de glace de mer arctique, ainsi que de son épaisseur, ont déjà eu une incidence sur les écosystèmes locaux, les populations indigènes et, il semblerait également, sur le climat aux moyennes latitudes. Le réchauffement de surface observé en Arctique a été deux à quatre fois plus rapide qu'à n'importe quelle autre latitude au cours des dernières décennies. Ce phénomène est communément dénommé amplification arctique. Les échanges thermiques entre glace de mer et atmosphère jouent un rôle clé sur la vitesse de recul de la banquise arctique ainsi que sur les téléconnexions entre régions polaires et non polaires.

L'Année de la Prévision Polaire (YOPP) a été une période prolongée (2017-2019) d'activités intensives coordonnées d'observation et de modélisation visant à améliorer les capacités prédictives en region polaire. YOPP est une initiative du WCRP / WWRP (Programme Mondial de Recherche sur le Climat / Programme Mondial de Récherche Météorologique) dans le cadre du Projet de Prévision Polaire (PPP). YOPP a fourni une multitude de nouvelles observations dans les régions polaires, que nous pouvons exploiter pour développer de nouvelles paramétrisations de flux de chaleur latents et sensibles à l'interface glace-atmosphère.

Ce poste est financé par le programme de recherche "Make Our Planet Great Again" à travers le projet ASET de 5 ans (Atmosphere Sea ice Exchanges and Teleconnections) visant à améliorer la représentation des flux de chaleur turbulents en surface dans les régions polaires. Le chercheur sélectionné proposera de nouvelles paramétrisations des flux de chaleur turbulents basées sur des outils innovants.

Activités

Le chercheur sélectionné proposera de nouvelles formulations pour les flux de chaleur turbulents de surface basées sur des techniques d'apprentissage automatique et s'appuyant sur une large base de données provenant d'expéditions polaires antérieures à YOPP et des campagnes récentes menées dans le cadre de YOPP. Des techniques d'apprentissage automatique de type régression pourraient être utilisées, telles que Multivariate Adaptive Regression Splines (MARS, Friedman, 1991) ou Locally Estimated Scatterplot Smoothing (LOESS, Cleveland, 1981). L'expertise du candidat pour sélectionner la méthode la plus adaptée constituera un atout majeur. La connaissance des paramètres physiques qui doivent entrer dans l'algorithme peut s'appuyer sur l'expertise locale.

Compétences

1. Doctorat en statistiques pour le climat
2. Connaissance de l'apprentissage automatique
3. Compétence en programmation: script et visualisation (par exemple bash, R, python)
4. Bonne maîtrise de l'anglais.
5. Esprit de collaboration et aptitude à communiquer

Contexte de travail

Les travaux seront réalisés au CNRM (Centre National de Recherches Météorologiques) à Toulouse (France) dans le groupe GMGEC (Groupe de Météorologie Grande Echelle et Climat) au sein de l'équipe IOGA (Interactions Océan-Glace-Atmosphère). Le groupe GMGEC est à la pointe de la modélisation climatique et contribue à chaque phase du projet CMIP de comparaison de modèles couplés avec son modèle de climat CNRM-CM co-développé avec le CERFACS. L'équipe IOGA vise à améliorer la représentation des échanges et des interactions océan-glace-atmosphère dans le modèle CNRM-CM. IOGA contribue au développement d'outils de modélisation utilisés pour les prévisions et projections climatiques et les prévisions météorologiques (par exemple la plate-forme SURFEX, utilisée pour le calcul des flux air-glace et air-mer et le couplage océan-atmosphère) et étudie les mécanismes et processus couplés expliquant le comportement du système climatique.

Contraintes et risques

Ce postdoctorat peut démarrer entre janvier et juin 2022, à la convenance du candidat.

On en parle sur Twitter !