En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR3589-ANIHUB-009 - Chercheur-se post-doc (H/F) - Prévisions saisonnières des eaux souterraines

Chercheur-se post-doc (H/F) - Prévisions saisonnières des eaux souterraines

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : mardi 1 février 2022

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR3589-ANIHUB-009
Lieu de travail : TOULOUSE
Date de publication : mardi 11 janvier 2022
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 18 mois
Date d'embauche prévue : 1 mars 2022
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : Le montant brut mensuel est compris entre 2663 € et 3783 € suivant l'expérience
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : Indifférent

Missions

Le projet Aqui-FR vise au déploiement d'une modélisation de la ressource en eau souterraine couplée à la fois à la simulation des débits et à l'estimation de la recharge via le schéma de surface Surfex (Masson et al. 2013). Aqui-FR est basé sur l'intégration d'un ensemble d'applications hydrogéologiques existantes et généralement développées en lien avec des gestionnaires de l'eau. Aujourd'hui, Aqui-FR recouvre plus d'un tiers des aquifères sédimentaires de France, des aquifères karstiques, et quelques aquifères de socle. (Vergnes et al. 2020). Il est utilisé pour des applications sur la reconstitution historique passée, un suivi temps réel de la situation des aquifères, des prévisions saisonnières et des projections climatiques (Habets et al. 2019; Leroux et al. n.d.; Vergnes et al. 2020). Les prévisions saisonnières ont été évaluées sur une période de 25 ans, et ont montré une bonne capacité à anticiper la ressource en eau souterraine et en particulier les zones en sécheresses 6 mois à l'avance, et ce, principalement pour les prévisions couvrant la période estivale, avec des résultats particulièrement satisfaisant en fin d'été (Leroux et al. n.d.). Ainsi, depuis janvier 2020, les prévisions saisonnières sont réalisées en temps réel, et ont notamment été utilisées pour anticiper les sécheresses de 2020.

Activités

- Une première étape est d'évaluer les prévisions des échanges nappe-rivière, qui pourraient fournir une prévision utile des débits d'étiage minimaux.
- Une deuxième étape sera d'améliorer ce potentiel en raffinant la simulation des débits via l'implémentation d'un réseau de rivière homogène sur l'ensemble du territoire métropolitain. Des 1er travaux ont été menés avec le modèle de routage RAPID (David et al. 2011) et le réseau de rivière RHT (Pella et al. 2000). L'ensemble doit maintenant être connecté aux applications hydrogéologiques incluses dans Aqui-FR.
- Ces améliorations seront testées sur le nouveau système opérationnel de prévision. En effet, le système de prévision saisonnière utilisé, basé sur le modèle atmosphérique Arpege (Batte and Deque 2016) évolue très régulièrement, le prochain système intégrera des corrections des précipitations, ce qui est particulièrement intéressant pour la prévision de la ressource en eau.

Compétences

- Thèse en géosciences, hydrologie ou météorologie
- Compétence en modélisation de l'environnement
- Compétence en programmation Python, système Linux
- Connaissance en statistiques et traitement des données
- Capacité de travail autonome et en équipe
- Expérience en écriture scientifique pour la valorisation des travaux dans des journaux scientifiques

Contexte de travail

Le travail sera mené au CNRM-UMR3589 (Météo-France/CNRS) à Toulouse, en forte collaboration avec le groupe de recherche Aqui-FR, notamment avec le service de Météo-France opérant en temps réel ces prévisions, afin de s'assurer que les diagnostiques et développement pourront être intégrés en opérationnel, avec les hydrogéologues modélisateurs (BRGM, CNRS, MinesParistech) à la fois pour les aspects modèle et pour les liens avec les travaux menés en parallèle sur le retour d'expérience de la 1ere année de prévision et sur le développement d'une assimilation de données piézométriques, et enfin, avec l'Office Français de la Biodiversité qui finance le projet.

On en parle sur Twitter !